Il y a clochette et clochette

Il y a clochette et clochette

 

Les traditions sont faites pour être respectées…

Depuis que je suis installé à Illiers-Combray, tous les 1ers mai, je pars tôt à la recherche des brins de muguet vendus à la sauvette (voir les chroniques 1er Mai à Illiers-Combray, Les 1ers –-Mai se suivent…, Le fugace commerce du 1er Mai).

Hier matin, donc, j’ai affronté le frisquet zéphir sur mon vélo pour rapporter cette moisson récoltée sur les trottoirs et chez ma fleuriste préférée ayant fait l’impasse des étals placés par des parents à elle pour optimiser le commerce.

(Photo PL)

 

Deux mots sont associés à muguet : brin et clochette — chez Proust comme ailleurs, mais dans Du côté de chez Swann, la seule clochette citée tinte timidement, actionnée par l’ami Charles chez tante Léonie.

Il faut ouvrir À l’ombre des jeunes filles en fleurs pour trouver d’autres clochettes ornant le plastron du portrait d’Odette, alias Miss Sacripant, croquée par Elstir.

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

Les extraits

*Les soirs où, assis devant la maison sous le grand marronnier, autour de la table de fer, nous entendions au bout du jardin, non pas le grelot profus et criard qui arrosait, qui étourdissait au passage de son bruit ferrugineux, intarissable et glacé, toute personne de la maison qui le déclenchait en entrant « sans sonner », mais le double tintement timide, ovale et doré de la clochette pour les étrangers, tout le monde aussitôt se demandait : « Une visite, qui cela peut-il être ? » mais on savait bien que cela ne pouvait être que M. Swann ; I

*Sans doute le Swann que connurent à la même époque tant de clubmen était bien différent de celui que créait ma grand’tante, quand le soir, dans le petit jardin de Combray, après qu’avaient retenti les deux coups hésitants de la clochette, elle injectait et vivifiait de tout ce qu’elle savait sur la famille Swann, l’obscur et incertain personnage qui se détachait, suivi de ma grand’mère, sur un fond de ténèbres, et qu’on reconnaissait à la voix. I

*Nous étions tous au jardin quand retentirent les deux coups hésitants de la clochette. On savait que c’était Swann ; néanmoins tout le monde se regarda d’un air interrogateur et on envoya ma grand’mère en reconnaissance. I

*[Miss Sacripant] La blancheur du plastron, d’une finesse de grésil et dont le frivole plissage avait des clochettes comme celles du muguet, s’étoilait des clairs reflets de la chambre, aigus eux-mêmes et finement nuancés comme des bouquets de fleurs qui auraient broché le linge. II

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et