Tous aux abris : le tonnerre gronde à illiers-Combray

Tous aux abris : le tonnerre gronde à illiers-Combray

 

Il s’agit de politique… Juste avant les élections départementales, les deux partis de gouvernement s’étripent, par tracts interposés, dans des querelles homériques.

Je l’ai découvert ce matin dans ma boîte aux lettres, avec de véritables brûlots.

IMG_8546

 

 

C’est le candidat du PS qui a dégainé le premier, reprochant à sa concurrente UMP « une méconnaissance des dossiers locaux, une caricature de [s]es positions, un non respect du travail réalisé par nos collègues élus ».  Le représentant de la gauche cite de nombreux exemples, agrémentés de force points d’exclamation et naturellement accablants, selon lui, concluant par une accusation de « cumul excessif des mandats, obstacle à l’efficacité ».

La liste de la droite républicaine a défouraillé aussi sec dénonçant des « bassesses » à l’adversaire « finalement clone de ses amis au gouvernement qui mènent la France dans le mur : en cette fin de campagne, il perd malheureusement pied au point de déformer la vérité ! Quelle déception » » Et de fournir « quelques explications  sur les attaques », réponses évidemment convaincantes, d’après les accusés.

Conclusion de l’UMP : nous sommes « l’enthousiasme, la dynamique et la bonne gestion ».

Conclusion du PS : à nous « disponibilité, écoute, présence, action concrète ».

 

Ces échanges m’ont immanquablement fait penser aux joutes oratoires au Palais-Bourbon tels que Le Côté de Guermantes les raconte :

*autrefois, quand M. de Guermantes, prince des Laumes, siégeait à la Chambre, on lisait quelquefois dans les journaux de Paris, bien que ce fût surtout destiné à la circonscription de Méséglise et afin de montrer aux électeurs qu’ils n’avaient pas porté leurs votes sur un mandataire inactif ou muet :

Monsieur de Guermantes-Bouillon, prince des Laumes : « Ceci est grave ! » (Très bien ! Très bien ! au centre et sur quelques bancs à droite, vives exclamations à l’extrême gauche.)

Le lecteur de bon sens garde encore une lueur de fidélité au sage ministre, mais son cœur est ébranlé de nouveaux battements par les premiers mots du nouvel orateur qui répond au ministre :

— L’étonnement, la stupeur, ce n’est pas trop dire (vive sensation dans la partie droite de l’hémicycle), que m’ont causés les paroles de celui qui est encore, je suppose, membre du Gouvernement… (Tonnerre d’applaudissements ; quelques députés s’empressent vers le banc des ministres ; M. le Sous-Secrétaire d’État aux Postes et Télégraphes fait de sa place avec la tête un signe affirmatif.)

Ce « tonnerre d’applaudissements », emporte les dernières résistances du lecteur de bon sens, il trouve insultante pour la Chambre, monstrueuse, une façon de procéder qui en soi-même est insignifiante ; au besoin, quelque fait normal, par exemple : vouloir faire payer les riches plus que les pauvres, la lumière sur une iniquité, préférer la paix à la guerre, il le trouvera scandaleux et y verra une offense à certains principes auxquels il n’avait pas pensé en effet, qui ne sont pas inscrits dans le cœur de l’homme, mais qui émeuvent fortement à cause des acclamations qu’ils déchaînent et des compactes majorités qu’ils rassemblent.

 

Pour revenir à Illiers-Combray, rassurez-vous, j’ai fait ma balade matinale sans casque lourd sur la tête.

Redevenons sérieux. Ainsi va la démocratie : se disputer, c’est discuter et il n’est rien de plus sain que de dire ce qu’on a sur le cœur.

 

Demain, une chronique joyeuse sur les meetings vespéraux d’avant le 1er tour à Illiers-Combray.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Tous aux abris : le tonnerre gronde à illiers-Combray”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Attention, Patrice LouiS, les comices agricoles ne sont pas loin : vous allez, si vous continuez à nous faire vivre ainsi votre patrie d’adoption, en devenir flaubertien, ma parole !

    (euh…J’ai les mêmes, à la maison.)

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et