Mon petit pan de mur jaune

Mon petit pan de mur jaune

 

Le ciel est hollandais sur Illiers-Combray… En cette fin juillet, la petite ville s’offre une parenthèse automnale.

Mes pas me conduisent jusqu’à la mairie où ému, je vois les drapeaux en berne, sur la façade et (ici) dans le jardin— solidarité nationale après une catastrophe…

1 Drapeaux en berne

L’émotion n’est pas moins grande quand je passe devant une belle maison de la rue des Poulies, dont les toits font des vagues.
2 Toits rue des Poulies

 

Car là, au milieu des ardoises, s’est niché un petit pan de mur jaune — effet miroir de celui du tableau de Delft devant lequel Bergotte succombe et dont Proust estimait qu’il est le plus beau du monde.

3 Petit pan de mur jaunà Illiers-Combray

 

Il en est sûrement d’autres — plus ceci, moins cela, mais c’est lui qui m’a bouleversé ce matin.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et