Fiche — Américaines au sein décati, les juives (US, Paris)

Tags :

Américaines au sein décati, les juives [VII]

Juives étrangères

 

Personnages fictifs.

 

 

L’atmosphère apocalyptique de Paris menacée par les ballons allemands suggère une réflexion cynique à Saint-Loup. Il assure au Héros que des juives américaines en chemise de nuit serrent sur leur poitrine flétrie le collier de perles qui leur permettra de se marier avec quelqu’aristocrate ruiné. Le Ritz où elles sont descendues, palace de la capitale, doit ressembler, selon lui, à un hôtel de passe.

 

 

*escadrille après escadrille chaque aviateur s’élançait ainsi de la ville transporté maintenant dans le ciel, pareil à une Walkyrie. Pourtant des coins de la terre, au ras des maisons s’éclairaient, et je dis à Saint-Loup que, s’il avait été à la maison la veille, il aurait pu, tout en contemplant l’apocalypse dans le ciel, voir sur la terre (comme dans l’Enterrement du comte d’Orgaz du Greco où ces différents plans sont parallèles) un vrai vaudeville joué par des personnages en chemise de nuit, lesquels à cause de leurs noms célèbres eussent mérité d’être envoyés à quelque successeur de ce Ferrari dont les notes mondaines nous avaient si souvent amusés, Saint-Loup et moi, que nous nous amusions pour nous-mêmes à en inventer. Et c’est ce que nous aurions fait encore ce jour-là comme s’il n’y avait pas la guerre, bien que sur un sujet fort «guerre», la peur des Zeppelins : «Reconnu : la duchesse de Guermantes superbe en chemise de nuit, le duc de Guermantes inénarrable en pyjama rose et peignoir de bain, etc., etc.»

— Je suis sûr, me dit-il, que dans tous les grands hôtels on a dû voir les juives américaines en chemise, serrant sur leur sein décati le collier de perles qui leur permettra d’épouser un duc décavé. L’hôtel Ritz, ces soirs-là, doit ressembler à l’Hôtel du libre échange. (VII, 49)

 

 


CATEGORIES : Etranger, Personnage fictif, Roturier/ière/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et