Aimables rumeurs

Aimables rumeurs

 

Les périodes électorales sont propices aux coups bas… Parmi eux, les bobards, les ouï-dire, racontars, potins, ragots, on-dit, cancans, qu’en-dira-t-on, commérages— autant de bruits qui courent, en un mot des rumeurs. La campagne présidentielle que la France vit n’échappe pas à la règle et elle ne fait que commencer.

 

Mais le mot rumeur n’est pas nécessairement salissant et malveillant. Il désigne aussi des sons indistincts, une sorte de bruit de fond dépourvu d’intention. Dans À la recherche du temps perdu il apparaît neuf fois et — sauf une — est tout ce qu’il y a de tranquille voire d’agréable.

 

*j’entends la rumeur des distances traversées. I

[La mer] j’entendais pendant la nuit sa rumeur, II

*n’espérant plus entendre les rumeurs mélodieuses de la terre III

*La lourde rumeur d’un bain qu’on prépare s’atténue, s’allège et s’éloigne comme un gazouillement céleste. III

*je fus agité tout entier par la curiosité douloureuse de savoir ce qu’elle avait pu faire, par l’amour latent qu’on porte toujours en soi ; je pus croire un moment qu’il allait m’attacher à Albertine, mais il se contenta de frémir sur place et ses dernières rumeurs s’éteignirent sans qu’il se fût mis en marche. IV

*le dormeur entendra, de celle-ci [la vie], les rumeurs presque vagues encore, mais déjà perceptibles, bien que déformées IV

*[Deux garçons de restaurant] leurs visages m’étaient inconnus, bien que dans leur conversation résonnât une rumeur qui ne me semblait pas nouvelle. IV

*Comme cette tasse de thé, tant de sensations de lumière, les rumeurs claires, les bruyantes couleurs que Vinteuil nous envoyait du monde où il composait promenaient devant mon imagination, avec insistance, mais trop rapidement pour qu’elle pût l’appréhender quelque chose que je pourrais comparer à la soierie embaumée d’un géranium. V

 

La seule connotation négative est la dernière et semble bien imprécise :

*Longtemps, un tel livre, on le nourrit, on fortifie ses parties faibles, on le préserve, mais ensuite c’est lui qui grandit, qui désigne notre tombe, la protège contre les rumeurs et quelque peu contre l’oubli. VII

 

Pour autant les personnages de Proust sont-ils à l’abri de propos malveillants ? Que nenni, ainsi que nous le vérifierons demain.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et