Le questionnaire de Céleste Albaret

Le questionnaire de Céleste Albaret

 

Un document pour l’Histoire…

Un jour viendra — au siècle prochain ? — où quelqu’un lancera : « J’ai ouï-dire que Marcel Proust et de futures jeunes filles en fleurs n’ont pas été les seuls à répondre au célèbre questionnaire d’un album, sujet qu’une écrivaine du XXIe siècle a traité dans un livre couronné d’un prix en 2018 à l’Hôtel Swann (remplacé depuis peu par le Ludoland Guillaume Musso). Céleste Albaret elle-même aurait sacrifié à ce petit jeu des questions-réponses intimes. Un document écrit, hélas introuvable, en attesterait. »

 

Ce texte, le voici, en exclusivité :

(Photo PL)

On admirera combien celle qui veillait sur l’écrivain maîtrisait la frappe sur ordinateur. Ce talent, utilisé plus tôt aurait économisé et les illisibles pattes de mouche et les peu pratiques paperoles.

 

Arrêtons là cette fiction. Évelyne Bloch-Dano est l’auteure de ces lignes. Elle les a lues mardi soir dans l’hôtel littéraire parisien où elle recevait le prix Céleste Albaret pour la plus grande joie de ses amis et admirateurs réunis chez Jacques Letertre.

 

Elle m’a autorisé à photographier ce plaisant exercice où elle se substitue à celle qui était à peine plus âgée, 22 ans, que les héroïnes de Balbec quand elle est entrée au service de Proust. Seulement, Céleste était plus du monde d’Eulalie que d’Albertine.

 

Il n’y a dans À la recherche du temps perdu, non pas deux ni trois questionnaires mais un seul, proposé par un « illustre  philosophe norvégien » :

*— Mon cher — collègue, dit-il à Brichot, après avoir délibéré dans son esprit si « collègue » était le terme qui convenait, j’ai une sorte de — désir pour savoir s’il y a d’autres arbres dans la — nomenclature de votre belle langue — française — latine — normande. Madame (il voulait dire Mme Verdurin quoiqu’il n’osât la regarder) m’a dit que vous saviez toutes choses. N’est-ce pas précisément le moment ? — Non, c’est le moment de manger », interrompit Mme Verdurin qui voyait que le dîner n’en finissait pas. « Ah ! bien ; répondit le Scandinave, baissant la tête dans son assiette, avec un sourire triste et résigné. Mais je dois faire observer à Madame que, si je me suis permis ce questionnaire — pardon, ce questation — c’est que je dois retourner demain à Paris pour dîner chez la Tour d’Argent ou chez l’Hôtel Meurice. IV

 

Au cours du raout du « Swann », cette chère Evelyne a exposé une autre trouvaille en comparant la Recherche à… la tour Eiffel. Je la cite de mémoire : le monument est connu de tous, symbole français pour le monde, admiré de loin ; son ascension essouffle, il faut faire des pauses mais ceux qui arrivent tout en haut ont une vue superbe.

 

Joliment trouvé.

 

Il n’est qu’une seule évocation de la tour de M. Eiffel dans la Recherche :

*La plus grande impression de beauté que nous faisaient éprouver ces étoiles humaines et filantes était peut-être surtout de faire regarder le ciel vers lequel on lève peu les yeux d’habitude dans ce Paris dont, en 1914, j’avais vu la beauté presque sans défense, attendre la menace de l’ennemi qui se rapprochait. Il y avait certes maintenant comme alors la splendeur antique inchangée d’une lune cruellement, mystérieusement sereine, qui versait aux monuments encore intacts l’inutile beauté de sa lumière, mais comme en 1914, et plus qu’en 1914, il y avait aussi autre chose, des lumières différentes et des feux intermittents, que soit de ces aéroplanes, soit des projecteurs de la Tour Eiffel, on savait dirigés par une volonté intelligente, par une vigilance amie qui donnait ce même genre d’émotion, inspirait cette même sorte de reconnaissance et de calme que j’avais éprouvés dans la chambre de Saint-Loup, dans la cellule de ce cloître militaire où s’exerçaient, avant qu’ils consommassent un jour, sans une hésitation, en pleine jeunesse, leur sacrifice, tant de cœurs fervents et disciplinés. VII

 

Gustave, j’ai la taille de ta tour, mais je préfère le tour de taille de ma belle.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et