Proust en herbe (9)

Proust en herbe (9)

 

Trois nouvelles rédactions de collégien(ne)s d’Illiers-Combray endossant l’identité du jeune Marcel :

 

Mattéo Lefèvre

 

Chère mère,

Je t’écris cette lettre pour te donner de mes nouvelles et te décrire les beaux paysages d’Illiers que je vois tous les jours lorsque je me promène dans ces si jolies rues.

Je me suis rendu à l’église, avec ses magnifiques vitraux. J’ai aussi été au restaurant avec oncle Jules puis nous avons été boire un thé et manger une madeleine ; ah, qu’est-ce qu’elles sont bonnes !

Ensuite nous sommes retournés au pré Catelan, c’est vraiment beau !

Cette haie d’aubépines m’inspire tant et me rappelle l’enfance et ma tante.

J’ai trempé mes pieds dans le Loir, j’ai aussi pêché quelques poissons avec une canne à pêche que j’ai moi-même fabriquée.

Je me suis aussi arrêté sur la place au coucher du soleil, me suis assis sur un banc et ai observé les nuages, le ciel mi-rouge, mi-bleu, la lune qui apparaissait et les oiseaux. Demain, j’irai à l’enterrement de tante Elisabeth et je rentrerai à la maison. Papa, Robert et toi me manquez.

Je voulais également te parler d’une chose qui me tenait vraiment à cœur. Je voulais t’annoncer que plus tard j’aimerais être écrivain et écrire à propos d’Illiers.

J’aime tant cette ville ! C’est la ville de mon cœur, elle m’inspire beaucoup. Je pourrais parler de tous ces endroits cachés que peu de gens connaissent.

Je t’embrasse, à bientôt,

Marcel

 

 

Kylian Le Guévellou

 

Chère maman,

Suite à la mort d’Elisabeth ,je suis allé visiter la campagne d’Illiers et j’ai redécouvert des tas de choses, comme les petites tours et les petits cabanons du Pré Catelan dans lequel j’étais très heureux de passer du temps avec ma tante Elisabeth avant qu’elle ne parte. J’ai aussi visité l’église de l’intérieur, c’est une église magnifique, je te conseille donc d’aller la voir. J’ai une nouvelle assez surprenante à te dire : j’aimerais devenir écrivain car j’aime bien écrire et décrire les paysages d’Illiers, surtout la ville de ma tante, j’ai désormais pu visiter une bonne partie d’Illiers.

Au revoir chère Maman,

A bientôt,

Marcel, ton fils

 

Alban Lemarchand

 

Chère Mère,

J’écris cette lettre pour te dire que je suis revenu à Illiers pendant quelques jours, suite à la mort de tante Elisabeth.

Je vais te raconter ce que je vois à Illiers.

Je vais te parler du pré Catelan, il y a plein de petits chemins ainsi qu’une rivière avec un pont que l’on peut traverser.

C’est un jardin verdoyant avec des arbres immenses, il y a des platanes, des pommiers et des poiriers. On y aperçoit des constructions orientales.

On voit la maison des archers avec une petite grotte.

Ce jardin a été créé par mon oncle Jules, comme tu le sais.

Plus tard je voudrais devenir écrivain. Je décrirais les habitants des maisons d’Illiers.

Marcel

 

 

Demain, trois autres rédactions.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et