Sourire, rire et… frémir avec Proust

Sourire, rire et… frémir avec Proust

 

La soirée fut belle à Laon… La voix de Lambert Wilson et le piano de Jean-Philippe Collard ont rempli leur mission. La soirée conçue par Jean-Michel Verneiges, « Un Humour de Proust » a séduit plus de cinq cents spectateurs. Méconnu, le talent comique d’À la recherche du temps perdu a opéré lors des quatorze extraits. Il eut pu y en avoir, dix, cent, mille fois plus.

1Programme

2 Lambert Wilson

3 Billet

 

Et voilà qu’au milieu d’un plaisant échange entre Françoise et le maître d’hôtel ancien jardinier de Combray, les mots ont pris un étrange accent :

 

*« Ils ne se pressent pas, c’est entendu, ils attendent que la poire soit mûre, mais ce jour-là ils prendront Paris et ce jour-là pas de pitié ! – Seigneur, Vierge Marie, s’écriait Françoise, ça ne leur suffit pas d’avoir conquéri la pauvre Belgique. Elle a assez souffert celle-là au moment de son envahition. – La Belgique, Françoise, mais ce qu’ils ont fait en Belgique ne sera rien à côté ! » VII

 

Des Boches à Daesh, de la guerre aux attentats, les mots se faisaient sinistrement écho.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique, Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et