La plus jolie vitrine d’Illiers-Combray

La plus jolie vitrine d’Illiers-Combray

 

Il n’y a rien de plus déprimant dans une localité que d’y voir des vitrines vides, closes, comme orphelines.

La fermeture de magasins se généralise, hélas, mais à Illiers-Combray, une devanture fait exception. Situé au coin des rues de l’Ancienne mairie et Philebert Poulain, au nom de Germond toujours lisible, un commerce proposait des « articles de ménage ». Il y a quelques lurettes qu’il a baissé le rideau.

Or, depuis quelque temps, la discrète et allante épouse du propriétaire, Danièle Anelide, lui redonne vie alors qu’elle n’a rien à vendre.

Ce blogue a déjà eu le plaisir de saluer l’installation d’objets de l’époque de Proust (voir la chronique Dans le rétro). Depuis, une expo a offert des jouets, de la poupée au train électrique —qui circulait, une autre a illustré la vie scolaire.

Et voilà que commence un festival de dentelles :

Vitrine 1 Vitrine 2

 

Il y a vingt-quatre occurrences de « dentelle » dans À la recherche du temps perdu :

*bandeau de dentelle de papier jaunissante / petits rosiers aux pots cachés dans des papiers en dentelles / bouillons de dentelle / fanchon de dentelle / Bayeux si haute dans sa noble dentelle rougeâtre / l’élégance, la fantaisie des architectes gothiques qui fouillent la pierre comme de la dentelle / robe en satin noir couverte de dentelles blanches / jupe […] obliquement traversée d’une rampe ajourée et large de dentelle noire qui faisait penser aux volants d’autrefois / beau bonnet de dentelles / [Elstir :] il y a peu de couturière, un ou deux, Callot, quoique donnant un peu trop dans la dentelle, Doucet, Cheruit, quelquefois Paquin / Mme de Villeparisis, coiffée d’un bonnet de dentelles noires de l’ancien temps (qu’elle conservait avec le même instinct avisé de la couleur locale ou historique qu’un hôtelier breton qui, si parisienne que soit devenue sa clientèle, croit plus habile de faire garder à ses servantes la coiffe et les grandes manches) / petit bonnet de rieurs rouges et de dentelle noire / mantille en dentelle blanche / jabot de dentelles / bonnet de dentelles / mouchoir en dentelle / [Céleste sur le Héros :] il n’est que fourrures et dentelles, comme jamais prince n’a eues / grand col de dentelles / toute cette blancheur de dentelles / travailleuses du verre ou de la dentelle / manchette de dentelles / pompeuse traîne de velours et de dentelles / [Le Hé »ros sur la duchesse de Guermantes :] ce corps saumoné émergeant à peine de ses ailerons de dentelle noire, et étranglé de joyaux / un bout de page qui n’est plus qu’une dentelle.

 

Allez voir la page Facebook de Danièle Anelide. Son initiative, totalement gracieuse, mérite d’être saluée — c’est bien le moins et je n’y ai guère de mérite — mais surtout imitée. J’ai l’impression que la vitrine de xxx, l’ancien magasin de Jules Amiot sur la place de l’Eglise, se laisserait bien tenter — pour l’instant, ça tâtonne mais il faut l’encourager.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique, Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “La plus jolie vitrine d’Illiers-Combray”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Il serait peut être agréable aux promeneurs de déambuler dans Illiers et de regarder ou d’admirer dans les anciennes vitrines barbouillées et relookées des idées tournant autour de Marcel Proust, ou de l’ancien temps, meubles, bibelots de brocante, affiches ou livres ou encore tableaux.
    Au lieu de montrer des vitrines d’anciens commerces vides et poussiéreuses, ou obscurcies, une simple lumière suffirait pour donner envie de louer de lieu, les propriétaires auraient tout à y gagner, les habitants aussi, les touristes également, la municipalité tout autant.
    Encore faudrait il convaincre les propriétaires de cette démarche…

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et