Proust en plagiaire

Proust en plagiaire

 

Mon Héros, Fabrice Pelletier avait un prédécesseur et je l’ignorais… En 1976, un certain Leonord W. P. Rosemond a récité À la recherche du temps perdu pendant neuf jours et neuf nuits sans interruption. Le fou de Proust (qui avait appris par cœur l’œuvre du grand Marcel et l’avait restitué en une dizaine de performances publiques en près d’un an) a trouvé son maître — ce roman est disponible dans la boutique kindle d’Amazon.fr pour la modique somme de 5 €.

 

Moi, j’ai dépensé 13, 50 € pour me faire livrer par la FNAC le livre qui raconte l’histoire de l’étonnant Mister Rosemond. Son auteur est Philippe Claudel et son titre est très, très, très long — soixante-deux mots et deux esperluettes, occupant toute la couverture.

854 Philippe Claudel

 

Publié par un éditeur bordelais, Finitude, il nous fait connaître une centaine d’écrivains qui se signalent pour n’avoir rien écrit ou qui, s’ils le firent, n’ont pas eu de lecteurs. Parmi eux, le fort troublant, mais surtout très troublé Leonord W. P. Rosemond. (Comme le dit le père Courveau dans Sodome et Gomorrhe : « Pourquoi est-ce que Pascal est troublant ? parce qu’il est trou… trou… — blé.)

 

C’est lui qui a droit à la plus grande place. Il était grainetier à Glasgow, Écosse, et avait 48 ans quand il se présenta, le 4 septembre 1976 au commissariat de la ville écossaise. Il venait porter plainte contre Marcel Proust. Motif : plagiat.

Quoique mort depuis plus d’un demi-siècle, l’écrivain français était accusé de s’être emparé d’une œuvre dont l’ami britannique des oiseaux était le seul et unique auteur. Pour le prouver, l’étonnant Leonord récita en français (langue qu’il ignorait pour ne l’avoir jamais apprise) la Recherche d’abord devant les policiers puis à l’hôpital psychiatrique pendant plus de deux cents heures ne s’arrêtant que pour boire de l’eau.

 

Voici la suite de l’aventure telle que Philippe Claudel la raconte : « La longueur de l’exercice permit de faire venir trois spécialistes de l’œuvre de Proust, dont son fameux biographe George D. Painter, ainsi qu’un huissier, tous quatre comparant ligne à ligne la récitation de Rosemond à une édition de référence de la Recherche. Il fut alors constaté que pas une seule fois Rosemond ne se trompa, n’oublia un seul mot ni n’en rajouta un autre. À l’issue de ce marathon dont le Dr Mac Ewan, psychiatre, fit un enregistrement audio — et c’est émouvant d’entendre la voix rugueuse du grainetier réciter le texte et prendre par instants des inflexions quasi féminines —, Rosemond ne prononça plus une seule parole. Il mourut dix jours plus tard, entouré de sa femme et de ses trois enfants, hébétés. L’enquête ne permit pas d’élucider l’affaire. »

 

Le récit ne s’arrête pas là, mais je ne puis que vous inciter à découvrir par vous-même comment l’aventure conduisit un psychologue argentin à gifler un médecin britannique au Canada.

 

Les autres histoires de ce malicieux ouvrage ne sont pas moins savoureuses même si certaines tiennent en une phrase. Lisez Claudel. Vous y prendrez un plaisir fou. D’ailleurs, il vous le promet : « Ça va être amusant ! » Ah, pardon, ça, c’est de l’autre, Paul. Si, si, vérifiez, c’est dans la quatrième journée du Soulier de satin.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : Je me suis d’autant plus régalé avec ce De quelques amoureux des livres, etc. que — parfaitement véridique — mon propre père a passé sa vie à décider d’écrire sur des sujets aussi variés qu’Homère, Eustache Deschamps et Félicité de Lamennais (et j’en passe), sans jamais passer à l’acte. Faut-il s’en désoler ? Que non pas ! Sa famille a bénéficié de sa très diversifiée culture oralement partagée.

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Proust en plagiaire”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Hélas ! Ce sera vraisemblablement mon propre sort itou…

    Très bonne journée à vous

  2. Oh ! Tout cela a l’air bigrement passionnant ! Je viens de passer ma commande sur Amazon. Merci Patrice.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et