La cosmopolite jeunesse proustienne

La cosmopolite jeunesse proustienne

 

Le Proustien en vieux schnoque vieille France est une espèce en voie d’extinction… Pour paraphraser Alphonse Allais : On aura beau dire, on aura beau faire, il y aura de moins en moins de centenaires qui ont connu Marcel.

 

Sans enterrer prématurément l’archétypal Parisien, cultivé, âgé, distingué, latin grec et beaux quartiers (mais pas nécessairement homosexuel), il faut dépoussiérer le cliché du lecteur d’À la Recherche du Temps perdu.

 

Maintes fois, j’ai eu l’occasion de raconter mes rencontres à Illiers-Combray avec de jeunes proustiens accourus du monde entier. Dernière illustration en date : hier, c’était dans la cité de tante Léonie la clôture du colloque « Littérature et médecine, Le cas de Proust » organisé par Mireille Naturel et commencé à la Sorbonne.

 

Une quarantaine d’érudits avaient fait le voyage, spécialistes patentés en tête dont Luc Fraisse ou Larry Bensky. Mais il y avait là aussi deux doctorantes de Montréal, dont la blogueuse de Du côté de chez Proust, et cinq de Paris 3 Sorbonne Nouvelle — une Sénégalaise, deux Chinoises, un Coréen et un Chinois :

670 Cinq doctorants étrangers

De droite à gauche, Mlles Wu, Diaw, Zhao, MM. Kim, Wu.

 

Certes, ce sont des étudiants (du moins le supposé-je) de Mireille Naturel. Il n’en est pas moins vrai qu’ils et elles ont choisi d’étudier un écrivain mort de longue date dont ils et elles entretiennent une flamme allumée loin de leurs terres natales.

 

Si l’on veut, enfin, croire qu’elle n’est pas prête de s’éteindre, il suffisait dimanche de s’attendrir devant un certain Célestin, tout jeune enfant d’un femme et d’un homme qui se sont rencontrés il y a deux ans lors d’un colloque à Illiers-Combray — et y sont tombés en amour, comme l’on dit au Québec.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : Le Blogobole a remarqué que deux des trois des exposés dominicaux ont suscité des questions de l’auditoire sur la sexualité, qui n’était pourtant pas à l’ordre du jour. Il n’a pas pu en attribuer la responsabilité à telle ou telle tranche d’âge.


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “La cosmopolite jeunesse proustienne”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Merci Patrice pour cette mention : mes doctorants ont été les premiers à la voir et en sont évidemment ravis. Mireille Naturel.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et