… Yvette et Marcelita

… Yvette et Marcelita

 

La passion de Marcelita Swann pour Marcel Proust passe par Yvette Guilbert… Notre Américaine chérie l’a raconté lors de son passage à la librairie parisienne Le Feu Follet :

 

MARCELITA SWANN NOUS PARLE DE « SON » PROUST

En y réfléchissant bien, je n’ai pas eu le choix. Je suis une sorte de reflet américain de la passion selon Phèdre…

Marcel Proust m’a invitée dans son monde, où l’on papillonne « d’étoile en étoile », alors que j’avais à peine vingt ans.

Je me souviens parfaitement de sa première invitation. L’été était très chaud, j’étudiais l’histoire à l’Université de Virginie, quand me yeux se sont posés sur « Marcel Proust », et j’ai eu une étrange intuition.

Cette impression se répétait à chaque fois que mes yeux lisaient le mot Proust.

Durant les quelques années qui ont suivi, cette invitation de mes sens s’est perpétuée, se manifestant dès que son nom apparaissait.

Finalement, je me suis fait cette promesse : « Quand j’aurais le temps, j’explorerai la collection de livres produite par cet auteur français. »

Je ne parlais pas français, n’étais pas diplômée en littérature. Et j’ignorais toujours pourquoi Proust continuait à me narguer…

À la même époque, je troquai la célèbre affiche de James Montgomery Flagg, I want you for the U.S. Army, contre la Yvette Guilbert de Jules Chéret.

James Montgomery Flagg, 1917

James Montgomery Flagg, 1917

Jules Chéret, 1891

Jules Chéret, 1891

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment aurais-je pu expliquer à mon mari et au marchand d’art, perplexes, que « Yvette m’avait parlé, et que je devais l’avoir » ?

J’ai vécu avec ce Chéret pendant plus de trente ans avant de lire la biographie de Proust par William C. Carter. C’est seulement à ce moment que j’ai découvert que l’un des premiers articles publiés par Proust portait sur… Yvette Guilbert.

 

La suite est à lire ici : http://www.edition-originale.com/pdf/104.PDF

 

L’histoire est sublime. Inutile de convoquer l’inconscient freudien ou la mémoire involontaire proustienne. Laissez-moi me retirer sur la pointe des pieds en fredonnant : « D’où venez-vous, d’où venez-vous donc / Mon joli-li Verligodin ? / D’où venez-vous, d’où venez vous donc / Mon ami doux »…

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “… Yvette et Marcelita”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Patrice~
    Yes, fate smiled on me. 😉

    Here are two articles related to Yvette Guilberte, the first by Proust:

    1)
    « During Lent: Concerning fin de siècle ingenuousness and Mlle Yvette Guilbert, five lectures at the Théâtre d’Application, by M. Hugues Le Roux. » (M.P.) ~ Le Mensuel no 5, February 1891

    « Pendant le caréme » (ESA) (J) (MR) ~ Le Mensuel Feb 1891

    2)
    « Public Places » / « Endroits publics » article about the Paris café-concerts (‘Bob’) (ESA) (MR) ~ Le Mensuel July 1891

    (ESA) Écrits sur l’art
    ((J) Marcel Proust: Écrits de Jeunesse, Anne Borrel
    (MR) Le Mensuel retrouvé, Jérôme Prieur

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et