Ah, la belle épine !

Ah, la belle épine !

 

Trois jours éloigné du Pré Catelan, quel supplice !

J’y ai mis un terme hier matin en y conduisant (je vous dis tout) Yann Dissez, dont la fonction fait rêver : « chargé de mission vie littéraire » pour la région Centre (pas encore fusionnée). Après ma virée parisienne, je lui ai servi de guide dans l’apaisant jardin, plus remarquable que jamais en ce printemps vieillissant. Je me serais cru employé par l’agence Cook. Nous sommes sortis par le haut, la barrière blanche, redescendant par le petit raidillon où j’ai eu le plaisir après un long temps de disette (voir la série de chroniques sur la haie d’aubépines) de débusquer une épine, autre nom de l’aubépine — et de la plus belle eau, rose.

Epine rose et feuilles festonnées

Epine rose et feuilles festonnées

 

Devant cette photo, Mireille Naturel, incomparable secrétaire générale de la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray (la Sampac), que nous devions rejoindre, m’a appris que la feuille de l’aubépine est dite « festonnée », à la manière d’un point de couture.

 

Sachant qu’un feston est une bordure d’étoffe brodée en forme de petits arrondis, un ensemble d’ondulations, je ne  puis que remercier l’amie Mireille pour son érudition qui prouve que la culture et l’agriculture trouvent leur compte dans la couture.

 

À propos de supplice, passant de la poule à la jument — version féministe du coq à l’âne —, cela me conduit à celui d’avoir une épine fichée sous la peau. Vous voyez où je veux en venir : à une sculpture du Ier siècle avant notre ère, due à un romain inconnu, « le Tireur d’épine », personnage proustien d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, entre un artiste peignant une femme qui se coupe un ongle de pied et Rubens. Je ne plaisante pas. (Voir la citation plus bas)

Le Tireur d'épine

Le Tireur d’épine

 

 

Quant à la référence à Cook, elle n’est pas plus gratuite. Dans le même tome, le Héros imagine sa chambre du Grand-Hôtel de Balbec en pièce historique où le duc de Guise a été assassiné et que des touristes, conduits par un cicérone de ce tour operator, visiteraient, grâce à l’effet produit par de grands rideaux. (Voir encore plus bas)

Voiture de l'agence Cook, par Crafty

Voiture de l’agence Cook, par Crafty

 

Crafty est le pseudonyme de Victor Eugène Géruzez (1840-1906), littérateur et dessinateur humoristique, élève de Gleyre, spécialisé dans les livres sur les chevaux et la chasse.

L’agence plaît décidément à Proust puisqu’il l’évoque aussi, et plaisamment, dans Le salon de la comtesse d’Haussonville, publié par Le Figaro du 4 janvier 1904. (Voir toujours plus bas)

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

Extraits

*ces peintres qui cherchent la grandeur de l’antique dans la vie moderne, donnent à une femme qui se coupe un ongle de pied la noblesse du « Tireur d’épine » ou qui comme Rubens, font des déesses avec des femmes de leur connaissance pour composer une scène mythologique (II, 369)

 

*Ils [les grands rideaux] donnaient à cette chambre si haute un caractère quasi-historique qui eût pu la rendre appropriée à l’assassinat du duc de Guise, et plus tard à une visite de touristes, conduits par un guide de l’agence Cook, mais nullement à mon sommeil. (II, 169)

 

*On raconte qu’un des personnages les plus en vue de notre aristocratie faisant visiter un jour son château à un étranger, celui-ci lui dit « C’est merveilleux, vous avez vraiment d’admirables bibelots. » Et le châtelain, mécontent, de répondre dans son dépit éloquent « Des bibelots! des bibelots ! Ce sont des bibelots pour vous Pour moi, ce sont des affaires de famille ». Ainsi là où l’étranger qui visite Coppet [château suisse du canton de Vaud] sous la conduite des Cook ne voit qu’un meuble ayant appartenu à Mme de Staël, M. d’Haussonville retrouve le fauteuil de sa grand-mère. Le Figaro

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Ah, la belle épine !”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Nous étions donc à Paris ensemble (!), vous par devoir d’ amitié, moi pour me réparer d’un voyage annulé, en même temps donc ! Et ce n’est pas la seule coïncidence : j’y ai en effet pensé à vous, pendant ma visite au musée Jacquemart-André. Ce n’est pas que Proust y ait mis les pieds (j’ai vérifié : non), c’est juste qu’il aurait rêvé y être introduit, et que nous voici en plein dans l’esthétique univers de la Recherche. Par exemple ? Eh bien, justement, votre citation sur le « tireur d’épines » s’y applique parfaitement : quand vous arrivez dans le grand salon, une jolie petite fille y caresse une tourterelle, de la même manière que le garçon retire son épine du pied. J’en ai d’ailleurs, sans savoir que vous alliez faire allusion à ce « mouvement » statuaire (si l’on peut appeler cela un mouvement, mais bon) ici même, acheté une petite reproduction… Parce que j’ai toujours regretté de n’avoir pas pu acheter la figurine du « petit garçon jouant avec un nid d’araignée » qui se trouve au musée de Dieppe. Ceci n’est qu’un exemple coïncidant : tout le musée Jacquemart-André, et la vie de ceux qui bâtirent ce somptueux hôtel particulier-palais haussmanien, semblent sortis d’une page de la Recherche, onglet « soirée chez les Guermantes ». J’espère que vous connaissez l’endroit ?

    attendez, un lien vers la petite fille aux tourterelles de Pampelino :
    https://www.flickr.com/photos/btempel/6099850642/

    très bonne journée à vous. J’espère aussi que vous n’avez pas été trop « à tordre », à Paris. Nous, le dernier jour à Beaubourg, si : il pleuvait tant de cordes qu’on ne savait laquelle choisir, pour se pendre !

  2. Quel plaisir chaque jour de redécouvrir, par morceaux choisis, cette oeuvre que je me promets de relire. C’est un rendez-vous quotidien me disant « alors, aujourd’hui, qu’aura-t-il choisi ? Que vais-je lire, relire ? Et cette manière de le faire à partir de sa vie et ses réflexions personnelles rend cette oeuvre encore plus présente, dans le temps…. Merci Patrice Louis

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et