Plus je lis Proust…

Plus je lis Proust…

 

Vertigineux ! Plus je lis la Recherche — la principale de mes activités —, plus je l’aime et moins je la comprends. Chaque nouvel abordage apporte son lot d’énigmes que je croyais avoir résolues. Avec l’œuvre de Proust, je perds l’équilibre et dois sans cesse me remettre d’aplomb. Aborder Proust me renverse et je chavire — sa lecture vécue comme un mal de mer et comme la potion qui le guérit.

 

Les bouées de sauvetage que je trouve dans les analyses savantes des proustologues estampillés me ravissent et m’angoissent quand elles ne m’assomment pas.

 

Voyez la dernière livraison de la Revue d’études proustiennes (2017 – 2, n° 6, Classiques Garnier). Son titre général est « Proust et le livre à venir ». Je me serais bien gardé de la lire, peu disposé que je suis à plonger dans les travaux savants.

 

Or, sans que je lui demande rien, l’éditeur me l’a gracieusement envoyée. J’ai bien dû l’ouvrir ne serait-ce que par égard pour son directeur de la publication, Luc Fraisse, que j’estime au plus haut point.

 

Ce livre à venir, tout porte à croire — écrit-il dans son introduction — que c’est « le livre que le héros va désormais entreprendre d’écrire » succédant au narrateur. Il s’agirait d’une œuvre longue qui commencera par “Longtemps je me suis couché de bonne heure“. La fin acheminerait vers le commencement, selon une boucle hermétiquement refermée. »

Le deuxième paragraphe pose la question qui tue : « Mais est-ce bien certain ? »  Vont suivre sur plus de cinq cents pages vingt-trois enquêtes réunies sur cette interrogation.

 

Les lirai-je ? Rien n’est moins certain, tant j’ai déjà eu du mal à terminer les vingt-cinq signées Fraisse. Je les ai certes ingurgitées, mais ne garantis pas les avoir digérées. C’est trop intelligent pour moi. Vous subodorant mieux armé que moi, il ne me reste plus qu’à vous inviter à vous plonger dans la Revue.

Message aux Classiques Garnier : Vous me flattez avec vos envois, mais vous m’angoissez en même temps. À vous de voir pour les numéros suivants. En attendant, je vais continuer, moderne et heureux Sisyphe, à lire encore et toujours le livre non à venir mais venu.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Plus je lis Proust…”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. C’est pourtant une hypothèse intéressante : les lecteurs du « temps retrouvé » supposent tous que le narrateur va (enfin, et pour in extremis sauver sa mort, ) écrire la Recherche…

    Mais je vois dans les vingt-trois enquêtes qui suivent, non seulement les aimables et érudites élucubrations de chercheurs passionnés, mais bien une manifestation psychologique encore plus intéressante, à mon sens.

    C’est que plus l’on va dans cette oeuvre, plus on est frappé des multiples effets, nocifs ou non, qu’elle cause dans son lectorat. Vous en êtes un exemple, Patrice, puisque votre vie se déroule désormais à l’ombre de l’église de Combray. Mais les innombrables facettes de l’addiction (et fouiller l’hypothèse que le livre auquel va s’atteler le narrateur n’est PAS la Recherche en est une, de facette, aussi brillante que la parcelle de mica qui brille sous les pieds de l’utilisateur du métro parisien, pour peu qu’une lumière s’y reflète) forment de plus en plus une sorte de diamant légèrement monstrueux.

    En fait, j’emploierai volontiers le mot de « vampirisation ». Marcel Proust vampirise ses lecteurs, et les pointes de sa moustache, sur le célèbre portrait où il repose languissamment sa tête sur sa main fermée, dissimulent en réalité les crocs acérés d’un suceur, non de sang, mais de cervelles !

    Peut-être un jour nous faudra-t-il tous, nous les mordus, envisager de recourir à des remèdes pour remédier à la morsure. Et voici le sujet d’une (énième) élucubration à écrire : Comment vaincre le vampire Marcel ? Par quel collier d’ail littéraire, par quel pointe de stylo et quel signe cabalistique arrêter l’hémorragie ? Mmmhhhh ?

    PS à notre hôte : je compte sur votre sagacité pour décider, ou non, de mettre en ligne mes divagations du jour !

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et