Mélod’hirondelles !

Mélod’hirondelles !

 

Non seulement je ne suis plus très doué pour lire des partitions de musique, mais je serais nul en ornithologie…

 

Dans la chronique que je viens de publier, j’aurais confondu les moineaux et les hirondelles (Lire Mélodies de moineaux) — L’excellent Thierry n’est pas qu’un fidèle participant à mes quizz : il semble incollable en petits oiseaux et m’assure que je me suis mis la patte dans l’œil en ayant cru voir chez moi des membres de la famille des Passeridae alors que ce seraient des Hirundininae.

Miss Sacripant m’adresse la même remarque sur Twitter.

Je leur fais confiance et publie derechef la liste des hirondelles de la Recherche.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : Si quelqu’un assure qu’il s’agit plutôt d’alouettes, de chardonnerets, de mésanges, de pinsons ou de serins, j’ai déjà dans ma cage la liste de ces zozios dans l’œuvre de Proust.

 

 

 

Les extraits

*par un temps glacial le plaisir qu’on goûte est de se sentir séparé du dehors (comme l’hirondelle de mer qui a son nid au fond d’un souterrain dans la chaleur de la terre) I

*Mais d’autres fois se mettait à tomber la pluie dont nous avait menacés le capucin que l’opticien avait à sa devanture ; les gouttes d’eau comme des oiseaux migrateurs qui prennent leur vol tous ensemble, descendaient à rangs pressés du ciel. Elles ne se séparent point, elles ne vont pas à l’aventure pendant la rapide traversée, mais chacune tenant sa place, attire à elle celle qui la suit et le ciel en est plus obscurci qu’au départ des hirondelles. Nous nous réfugiions dans le bois. Quand leur voyage semblait fini, quelques-unes, plus débiles, plus lentes, arrivaient encore. I

*Et si, sous ma fenêtre, le vol inlassable et doux des martinets et des hirondelles n’avait pas monté comme un jet d’eau, comme un feu d’artifice de vie, unissant l’intervalle de ses hautes fusées par la filée immobile et blanche de longs sillages horizontaux, sans le miracle charmant de ce phénomène naturel et local qui rattachait à la réalité les paysages que j’avais devant les yeux, j’aurais pu croire qu’ils n’étaient qu’un choix, chaque jour renouvelé, de peintures qu’on montrait arbitrairement dans l’endroit où je me trouvais et sans qu’elles eussent de rapport nécessaire avec lui. II

*Puis les concerts finirent, le mauvais temps arriva, mes amies quittèrent Balbec, non pas toutes ensemble, comme les hirondelles, mais dans la même semaine. II

*[Sur les Guermantes] Et malgré leur amabilité on se disait : n’ont-ils pas vraiment le droit, quoiqu’ils le dissimulent, quand ils nous voient marcher, saluer, sortir, toutes ces choses qui, accomplies par eux, devenaient aussi gracieuses que le vol de l’hirondelle ou l’inclinaison de la rose, de penser : ils sont d’une autre race que nous et nous sommes, nous, les princes de la terre ? III

*Aussi, en symétrie en quelque sorte avec les deux duchesses en exil, qu’autrefois, quand avait débuté le salon Saint-Euverte, on avait vues en soutenir, comme deux cariatides, le faîte chancelant, dans les dernières années on ne distingua plus, mêlées au beau monde, que deux personnes hétérogènes : la vieille Mme de Cambremer et la femme à belle voix d’un architecte à laquelle on était souvent obligé de demander de chanter. Mais ne connaissant plus personne chez Mme de Saint-Euverte, pleurant leurs compagnes perdues, sentant qu’elles gênaient, elles avaient l’air prêtes à mourir de froid comme deux hirondelles qui n’ont pas émigré à temps. IV

*Il viendra peut-être un jour où les couturières, ce que je ne trouverais nullement choquant, iront dans le monde. La nièce de Jupien, étant une exception, ne peut encore le laisser prévoir, une hirondelle ne fait pas le printemps. V

*Quelque impatience que j’eusse de lire la lettre de celle-ci [Albertine], je ne pus m’empêcher de considérer un instant les yeux de Françoise d’où tous les espoirs s’étaient enfuis, en induisant de ce présage l’imminence du retour d’Albertine, comme un amateur de sports d’hiver conclut avec joie que les froids sont proches en voyant le départ des hirondelles. VI

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Mélod’hirondelles !”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Merci pour cette mise au point qui m’a bien fait rire. A bientôt, cher Patrice.

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et