À propos de « L’Amérique m’inquiète »

À propos de « L’Amérique m’inquiète »

 

Jean-Paul Dubois reste pour moi l’indispensable auteur d’Éloge du gaucher dans un monde manchot (Robert Laffont, 1986) qui me suit partout.

Il y a des années, ce journaliste-écrivain a labouré les Etats-Unis en tous sens pour Le Nouvel observateur et en a tiré des reportages essentiels ensuite réunis en livre.

L’Olivier a eu la bonne idée de rééditer L’Amérique m’inquiète et autres récits.

 

« L’Amérique m’inquiète, l’Amérique m’inquiète », d’où ça peut venir ? Laissez-moi me souvenir. Ah oui ! l’inénarrable passage de La Fugitive dans lequel Oriane de Guermantes lâche, tout de go, à table : « La Chine m’inquiète. »

 

À lire et relire sans modération.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

L’extrait

*Un des jours les plus graves de la crise où, pendant le ministère Rouvier, on crut qu’il allait y avoir la guerre entre la France et l’Allemagne, comme je dînais seul chez Mme de Guermantes avec M. de Bréauté, j’avais trouvé à la duchesse l’air soucieux. J’avais cru, comme elle se mêlait volontiers de politique, qu’elle voulait montrer par là sa crainte de la guerre, comme un jour où elle était venue à table si soucieuse, répondant à peine par monosyllabes ; à quelqu’un qui l’interrogeait timidement sur l’objet de son souci elle avait répondu d’un air grave : « La Chine m’inquiète. » Or, au bout d’un moment, Mme de Guermantes, expliquant elle-même l’air soucieux que j’avais attribué à la crainte d’une déclaration de guerre, avait dit à M. de Bréauté : « On dit que Mme Aynard veut faire une position aux Swann. Il faut absolument que j’aille demain matin voir Marie-Gilbert pour qu’elle m’aide à empêcher ça. Sans cela il n’y a plus de société. C’est très joli l’affaire Dreyfus. Mais alors l’épicière du coin n’a qu’à se dire nationaliste et à vouloir en échange être reçue chez nous. » Et j’avais eu de ce propos, si frivole auprès de celui que j’attendais, l’étonnement du lecteur qui, cherchant dans le Figaro, à la place habituelle, les dernières nouvelles de la guerre russo-japonaise, tombe au lieu de cela sur la liste des personnes qui ont fait des cadeaux de noce à Mlle de Mortemart, l’importance d’un mariage aristocratique ayant fait reculer à la fin du journal les batailles sur terre et sur mer. VI


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et