Fiat lux

Fiat lux

 

Oui, que la lumière soit… La municipalité d’Illiers-Combray est bien généreuse. Il est bientôt midi et dans les rues, les réverbères sont toujours éclairés.

2 Réverbères 2

1 Reverbère 1

Un coup d’œil sur les occurrences du mot dans la Recherche : j’en ai trouvé six.

*recevant sur son visage la moitié du rayon de soleil couchant — et bientôt, dans quelques heures de la clarté du réverbère II

*faisant à Paris une course en voiture avec un ami de mon père et ayant aperçu une femme qui marchait vite dans la nuit, je pensai qu’il était déraisonnable de perdre pour une raison de convenances, ma part de bonheur dans la seule vie qu’il y ait sans doute, et sautant à terre sans m’excuser, je me mis à la recherche de l’inconnue, la perdis au carrefour de deux rues, la retrouvai dans une troisième, et me trouvai enfin, tout essoufflé, sous un réverbère, en face de la vieille Mme Verdurin que j’évitais partout et qui heureuse et surprise s’écria : « Oh ! comme c’est aimable d’avoir couru pour me dire bonjour. » II

*je revivais les soirs de Doncières, quand nous fûmes arrivés dans la rue brusquement, la nuit presque complète où le brouillard semblait avoir éteint les réverbères, qu’on ne distinguait, bien faibles, que de tout près, me ramena à je ne sais quelle arrivée, le soir, à Combray, quand la ville n’était encore éclairée que de loin en loin, et qu’on y tâtonnait dans une obscurité humide, tiède et sainte de Crèche, à peine étoilée ça et là d’un lumignon qui ne brillait pas plus qu’un cierge. III

*À deux pas les réverbères s’éteignaient et alors c’était la nuit III

*Cette partie de l’avenue s’éclairait de réverbères. V

*la nuit qu’approfondissait encore l’extinction partielle des réverbères VII

 

Pour illuminer ma journée, je l’ai commencée, comme d’habitude, en me promenant avec ma chienne et, en cette fin d’hiver, j’ai apprécié ce que Proust, dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs, attribue à un commencement d’hiver : « la fraîcheur de ces derniers matins si lumineux et si froids ».

 

Au détour des rues, la lumière m’a surtout été offerte par quelques branches printanières.

3 Fleurs 2

(Photos PL)

(Photos PL)

 

Ah, la vie est splendide !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et