Proust au cinéma : Gone Girl

Proust au cinéma : Gone Girl

 

Proust n’a aucune raison de pointer le bout de sa plume dans ce thriller américain… Gone Girl est un film de David Fincher (2014). Il raconte la machination ourdie par une épouse trompée (Rosamund Pike) pour en finir avec son époux (Ben Affleck). L’histoire fonctionne bien avec ce qu’il faut de surprises et de suspense.

Au bout de près de deux heures, le proustien tombe de sa chaise. L’héroïne, méchante, est luxueusement séquestrée dans un chalet par un ex amoureux, candide pas si gentil que ça. De retour dans la maison, il s’enquiert :

— Tu ne t’ennuies pas trop ?

— Comment pourrais-je m’ennuyer ? Tu connais toutes les symphonies du XVIIIe siècle, tu dissertes sur les impressionnistes, tu cites Proust dans le texte.

*Proust au cinéma, Gone Girl

 

Je voudrais être sûr que dans la version originale américaine de cette scène qui renvoie à La Prisonnière les références sont les mêmes. N’empêche, ça surprend au beau milieu d’un polar. Et ça ne sauvera pas le spécialiste de Proust que la belle massacrera !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et