Quelle(s) classe(s) !

Quelle(s) classe(s) !

 

Si je devais analyser à la mode marxiste les rapports de classes dans À la recherche du temps perdu, ce serait en m’inspirant plus de Groucho que de Karl… Mais plus que de l’exégèse, c’est du récit que je vais me préoccuper.

 

« Ouvrier », « paysan », « bourgeois », « aristocrate » : je vais examiner en plusieurs épisodes le sort que Proust réserve à chacun. D’abord les chiffres : du premier (et de ses dérivés) : 64 occurrences ; du deuxième, 85 ; du troisième, 181 ; et du dernier, 173.

Les mieux traités ne sont pas les mieux servis : les bourgeois manquent de classe par rapport aux aristocrates mais les ouvriers sont plus considérés que les paysans.

 

Il est un hit-parade où les préférences du Héros ne sont pas celles qui seraient venues spontanément au Lecteur :

« je n’avais jamais fait de différence entre les ouvriers, les bourgeois et les grands seigneurs, et j’aurais pris indifféremment les uns et les autres pour amis. Avec une certaine préférence pour les ouvriers, et après cela pour les grands seigneurs ». IV

 

Pour autant, chez Proust, on n’entonne pas « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! — mais on connaît le mot :

*[Brichot sur Blanche de Castille :] Nulle ne pourrait être mieux choisie comme patronne par un prolétariat laïcisateur que cette mère d’un saint à qui elle en fit d’ailleurs voir de saumâtres, comme dit Suger et autres saint Bernard ; car avec elle chacun en prenait pour son grade. I

*Les prolétaires, s’ils avaient quelque peine à être traités en personnes de connaissance par Françoise et ne le pouvaient qu’à de certaines conditions de grande politesse envers elle, en revanche, une fois qu’ils y étaient arrivés, étaient les seules gens qui comptassent pour elle. II

*Les prolétaires, s’ils avaient quelque peine à être traités en personnes de connaissance par Françoise et ne le pouvaient qu’à de certaines conditions de grande politesse envers elle, en revanche, une fois qu’ils y étaient arrivés, étaient les seules gens qui comptassent pour elle. II

*— Vous parlez de correspondances, je trouve admirable celle de Gambetta, dit la duchesse de Guermantes pour montrer qu’elle ne craignait pas de s’intéresser à un prolétaire et à un radical. M. de Bréauté comprit tout l’esprit de cette audace, regarda autour de lui d’un œil à la fois éméché et attendri, après quoi il essuya son monocle. III

 

Les rapports de classe s’expriment rarement à visage découvert dans la Recherche mais quand ils le font, c’est violemment, comme en témoigne ce dialogue à couteaux tirés entre Charlus et Morel :

*« Il y eut un temps où mes ancêtres étaient fiers du titre de valet de chambre, de maîtres d’hôtel du Roi. — Il y en eut un autre, répondit fièrement Morel, où mes ancêtres firent couper le cou aux vôtres. » IV

 

Du coup, de la guillotine, il est parfois question :

*L’ambition mondaine était un sentiment que ma grand’mère était si incapable de ressentir et presque de comprendre qu’il lui paraissait bien inutile de mettre tant d’ardeur à la flétrir. De plus elle ne trouvait pas de très bon goût que M. Legrandin dont la sœur était mariée près de Balbec avec un gentilhomme bas-normand se livrât à des attaques aussi violentes encore les nobles, allant jusqu’à reprocher à la Révolution de ne les avoir pas tous guillotinés. I

*[Saint-Loup] quand il parlait des viveurs qui trompent leurs amis, cherchent à corrompre les femmes, tâchent de les faire venir dans des maisons de passe, son visage respirait la souffrance et la haine.

— Je les tuerais avec moins de remords qu’un chien qui est du moins une bête gentille, loyale et fidèle. En voilà qui méritent la guillotine, plus que des malheureux qui ont été conduits au crime par la misère et par la cruauté des riches. II

*[Legrandin au Héros :] vous fréquentez les « cœurs légers », la société des châteaux ; tel est le vice de la bourgeoisie contemporaine. Ah ! les aristocrates, la Terreur a été bien coupable de ne pas leur couper le cou à tous. Ce sont tous de sinistres crapules quand ce ne sont pas tout simplement de sombres idiots. Enfin, mon pauvre enfant, si cela vous amuse ! III

*[Bloch] était surtout particulièrement exaspéré d’entendre Robert dire : « l’Empereur Guillaume ». Je crois que sous le couperet de la guillotine Saint-Loup et M. de Guermantes n’auraient pas pu dire autrement. VII

 

La revue de détails s’ouvrira avec « pétrousse ». Avez-vous une idée du groupe où ça se trouve ? Réponse demain.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et