Illiers-Combray à l’unisson national

Illiers-Combray à l’unisson national

 

Ce n’est pas outrager à la cité de tante Léonie que de dire qu’elle ne connaît pas la frénétique agitation des Xe et XIe arrondissements de Paris. Inversement, ce n’est pas faire injure au quartier de la République que de dire qu’il n’a pas le charme bucolique d’Illiers-Combray.

 

La commune eurélienne organisait ce dimanche sa première manifestation depuis les attentats : le traditionnel concert de la Sainte-Cécile à la salle des Fêtes.

1 Programme

 

Les musiciens ont déployé leurs talents devant un public déplacé en nombre. Et la magie de la solidarité — quatrième terme implicite de la devise nationale — a opéré. En ouverture, tous ensemble, sur scène et dans la salle, ont respecté une minute de silence à la mémoire des victimes des terroristes et joué et entonné la Marseillaise.

2 Harmonie

 

Illiers-Combray a vibré, vécu, s’est animé à l’unisson des autres lieux de France et d’ailleurs organisant des réunions publiques. Ce fut émouvant, ce fut beau.

 

Dans La Prisonnière, Proust écrit :

*Cette patrie perdue, les musiciens ne se la rappellent pas, mais chacun d’eux reste toujours inconsciemment accordé en un certain unisson avec elle ;

 

Dehors, le ciel était bleu.

(Photos PL)

(Photos PL)

 

Dedans, les cœurs étaient bleu-blanc-rouge.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et