Quizz IV (question 5)

5

Qu’est-ce que tante Léonie a du mal à digérer ?

1) ses asperges, 2) son eau de Vichy, 3) sa pepsine


CATEGORIES : Divertissement/ AUTHOR : patricelouis

11 comments to “Quizz IV (question 5)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Patrice~
    I am on vacation and behind the quiz schedule.
    Smiled, when I first read about the Vichy water….and remembered ‘Casablanca.’

    No. 2

  2. patricelouis says: -#1

    Marcelita est une cinéphile aussi pointue qu’impressionnante. Voici la scène du film de Michael Curtiz (1942) qu’elle évoque : Rick Blain [Humphrey Bogart] et Louis Renault [Claude Rains] sont à l’aéroport. Rick tire su sa cigarette en suivant du regard la voiture des gendarmes qui s’éloigne. Après un soupir de soulagement, il fait quelque part vers le hangar. Quelques notes de la Marseillaise. Plan serré. Renault se saisit d’une bouteille d’eau minérale « Vichy ». Plan rapproché. Rick regarde la piste. Derrière lui, Renault ouvre la bouteille :
    — Well, Rick, you’re not only a sentimentalist, but you’ve become a patriot [Eh bien Rick vous n’êtes pas seulement un sentimental, vous êtes devenu un patriote.]
    — Maybe, but it seemed like a good time to start. [Peut-être, mais il fallait bien commencer un jour.]
    Travelling avant jusqu’à un plan rapproché sur Renault qui verse l’eau minérale dans les verres.
    — I Think perhaps you’re right. [Vous avez peut-être raison.]
    Il remarque soudain la marque de l’eau, « Vichy », qu’il est en train de verser. Il s’arrête et la laisse tomber. La bouteille tombe dans la corbeille. Renault la repousse rageusement du pied. La caméra revient sur lui, juste derrière Rock. Les deux hommes regardent vers l’avion qui décolle.

  3. Tirage aléatoire : 2

  4. Son eau de Vichy ; tout le passage de la pepsine, de l’orage qui n’éclate pas (va-t-il gâter la robe de Mme Sazerat ?) est à la fois d’une tendresse et d’une cruauté infinies – nous avons tous une Tante Léonie (la mienne s’appelait Odette) dont les ridicules et les manies sont scrutées avec étonnement par les yeux des enfants…

  5. L’eau de Vichy il me semble, donc 2).
    De toute façon, ni eau de Vichy ni pepsine ne pouvaient avoir aucun effet, car la maladie dont souffrait tante Léonie était en réalité un déplacement de vertèbres.

    • patricelouis says: -#2

      Cher Fetiveau,
      Votre référence à la « maladie » de Léonie est (ce me semble) extrêmement élitaire. Faites-moi plaisir en la développant (d’autant que l’histoire est savoureuse) !

  6. l’eau de Vichy, réponse 2

  7. Cette maladie n’a été mentionnée qu’une seule fois, semble-t-il, par le fameux docteur Marcel Proust, mais ses symptômes ont été observés, sans qu’il en ait conscience, par le héros de la Recherche, chaque fois qu’il embrassait tante Léonie sur son front pâle et fade, lors de sa visite matinale pour lui souhaiter le bonjour.

    • patricelouis says: -#2

      Fetiveau joue avec nos nerfs. Voici l’extrait de Du côté de chez Swann :
      *Je n’étais pas avec ma tante depuis cinq minutes, qu’elle me renvoyait par peur que je la fatigue. Elle tendait à mes lèvres son triste front pâle et fade sur lequel, à cette heure matinale, elle n’avait pas encore arrangé ses faux cheveux, et où les vertèbres transparaissaient comme les pointes d’une couronne d’épines ou les grains d’un rosaire, et elle me disait : « Allons, mon pauvre enfant, va-t’en, va te préparer pour la messe ; et si en bas tu rencontres Françoise, dis-lui de ne pas s’amuser trop longtemps avec vous, qu’elle monte bientôt voir si je n’ai besoin de rien. »
      Tout le monde ne sait (peut-être) pas que ces vertèbres déplacées ont horrifié Gide et qu’elles auraient joué un rôle dans son refus de publier le livre à la NRF.

  8. De l’eau de Vichy (et quelques méchantes gorgées seulement).

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et