Il grêle…

Il grêle…

 

Vers midi, ce mercredi, la grêle est tombée sur Illiers-Combray.

Je ne l’avais jamais vue avec une telle intensité, mais ça n’a pas duré, juste le temps de prendre quelques photos…

Grêle 1

Grêle 3Grêle 2

 

 

 

 

 

 

 

 

… et de vérifier dans À la recherche du temps perdu les occurrences du mot. La première est dans Du côté de chez Swann : « Chaque fois qu’il parlait [Bergotte] de quelque chose dont la beauté m’était restée jusque-là cachée, des forêts de pins, de la grêle, de Notre-Dame de Paris, d’Athalie ou de Phèdre, il faisait dans une image exploser cette beauté jusqu’à moi. »

 

Les six autres n’ont rien à voir à ce qui est tombé du ciel d’Eure-et-Loir. Il s’agit de l’homonyme signifiant menu, maigre, faible — j’allais dire frêle : « jeune femme grêle » (À l’ombre des jeunes filles en fleurs), « des chefs-d’œuvre au temps de leur grêle apparition », « son dos déjà dépouillé d’ombre, grêle et rugueux », « de nouveaux moments de plaisir qui passeraient de même aussi grêles et linéaires » (Le côté de Guermantes), « ces arbres lunaires grêles et pâles », « le fifre grêle et fin » (La Prisonnière).

Après le grelot, les grêlons.

 

Le temps d’achever mes recherches et cette chronique, le ciel d’Illiers-Combray était redevenu bleu…

Grêle 4 (clel bleu)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… puis gris.

 

(Photos PL)

(Photos PL)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le père du Héros « aimait la météorologie ». Moi aussi !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Il grêle…”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. I immediately thought…Patrice is like the Narrator’s father, always interested in the weather and taking us on walks through all the seasons in Illiers-Combray.

    « Le père du Héros « aimait la météorologie ». Moi aussi ! »

    Here is the rest of the sentence, which may also apply to you. 😉

    « …pendant que ma mère, évitant de faire du bruit pour ne pas le troubler, le regardait avec un respect attendri, mais pas trop fixement pour ne pas chercher à percer le mystère de ses supériorités. »

  2. Si Bloch s’était trouvé sous un orage de grêle, ses sens auraient-ils pris la peine de le lui notifier?

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et