Les palaces de Proust (II)

Les palaces de Proust (II)

 

Août-décembre 1906, les Réservoirs, à Versailles

10 Hôtel des Réservoirs

11 Hôtel des Réservoirs, Versailles

Marcel, en deuil de sa mère, y trouve refuge pendant qu’il recherche un nouvel appartement à louer à Paris. Il y rete le plus souvent cloîtré.

Toutefois, il rencontre ses voisins, dont certains lui fournissent les traits des personnages d’À la Recherche du Temps perdu. Il se rend aussi aux fêtes organisées par Robert de Montesquiou-Fézensac, au 93, avenue de Paris.

Le bâtiment est un hôtel particulier construit en 1751 pour Madame de Pompadour. Il communique avec le château de Versailles par un couloir couvert.

Dans les années 1870, il est transformé en hôtel de prestige. Au début du XXe siècle, il est agrandi et comporte désormais quatre étages au lieu d’un seul.

 

1907-1914, le Grand Hôtel, à Cabourg

Marcel, toujours en deuil de sa mère, nourrit une nostalgie complaisante pour les séjours qu’il effectuait avec elle, du temps de son enfance, sur la côte normande… Dieppe, Trouville donc, Houlgate…

Un article du Figaro annonce la réouverture, à Cabourg, d’un hôtel, rebâti sur les fondations d’un établissement de luxe et d’un casino datant de 1861, le Grand Hôtel désormais pourvu du confort le plus moderne.

Le Casino et le Grand Hôtel

Le Casino et le Grand Hôtel

La revolving door

La revolving door

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proust s’y rend pour l’été. Il est conduit par un jeune chauffeur, Alfred Agostinelli, qu’il aime passionnément. Au total, il y passe sept saisons.

La chambre 414 en hommage à Marcel Proust (Photos PL)

La chambre 414 en hommage à Marcel Proust (Photos PL)

 

À la fin du printemps 1914, Agostinelli trouve la mort loin de Marcel, au large d’Antibes dans l’accident de son avion. La Grande Guerre est sur le point d’éclater, Proust ne remettra jamais les pieds à Cabourg.

 

1917-1922, le Ritz, à Paris

Place Vendôme, amb el Hotel Ritz a l´esquerra

 

Sans s’y installer, Marcel le considère comme son second domicile.

En 1917, Paul Morand lui présente la princesse roumaine Soutzo. Logée dans une suite de l’hôtel, elle organise des dîners avec Jean Cocteau. Proust aime y recevoir, dans des salons privés propices aux confidences, deux ou trois fois par semaine, et observer sa clientèle. Il tisse des liens étroits avec les maîtres d’hôtel et davantage avec Olivier Dabescat qui sera pour lui une source précieuse et inépuisable d’informations (noms des clients, ce qu’ils ont mangé, comment ils sont habillés…).

Situé place Vendôme, le cinq étoiles considéré comme l’un des plus luxueux hôtels du monde tire son nom de son créateur, l’hôtelier suisse César Ritz. C’est l’ancien hôtel de Gramont transformé en hôtel en 1897.

 

Signe des temps, le Ritz est fermé pour travaux.

Place Vendôme (Photo PL)

Place Vendôme (Photo PL)

(Photo PL)

(Photo PL)

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Les palaces de Proust (II)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. D’après Céleste (Monsieur Proust, p. 46-53 ) le dernier séjour de Proust à Cabourg a eu lieu de début à fin septembre 1914.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et