Fiche — Jeunes filles prenant des douches avec Albertine, des (Balbec)

Jeunes filles prenant des douches avec Albertine, des [VI]

Jeunes filles françaises

 

Personnages fictifs.

Homosexuelles.

 

Elles fréquentent l’établissement de douches de Balbec.

 

 

Elle ne sont pas de Balbec et viennent même peut-être de loin. C’est ce qui ressort de la lettre d’Aimé rendant compte au Héros des résultats de son enquête. Du même âge qu’Albertine, elles n’entrent pas avec elle dans la cabine, le fait après elle car la porte a été laissée ouverte par la doucheuse à la demande de l’amie du Héros. Seule une dame en gris entre en même temps.

 

 

*[Lettre d’Aimé au Héros :] «D’après elle [la doucheuse] la chose que supposait Monsieur est absolument certaine. D’abord c’était elle qui soignait (Mlle A.) chaque fois que celle-ci venait aux bains. (Mlle A.) venait très souvent prendre sa douche avec une grande femme plus âgée qu’elle, toujours habillée en gris, et que la doucheuse sans savoir son nom connaissait pour l’avoir vue souvent rechercher des jeunes filles. Mais elle ne faisait plus attention aux autres depuis qu’elle connaissait (Mlle A.). Elle et (Mlle A.) s’enfermaient toujours dans la cabine, restaient très longtemps, et la dame en gris donnait au moins dix francs de pourboire à la personne avec qui j’ai causé. Comme m’a dit cette personne, vous pensez bien que si elles n’avaient fait qu’enfiler des perles, elles ne m’auraient pas donné dix francs de pourboire. (Mlle A.) venait aussi quelquefois avec une femme très noire de peau, qui avait un face-à-main. Mais (Mlle A.) venait le plus souvent avec des jeunes filles plus jeunes qu’elle, surtout une très rousse. Sauf la dame en gris, les personnes que (Mlle A.) avait l’habitude d’amener n’étaient pas de Balbec et devaient même souvent venir d’assez loin. Elles n’entraient jamais ensemble, mais (Mlle A.) entrait, en disant de laisser la porte de la cabine ouverte — qu’elle attendait une amie, et la personne avec qui j’ai parlé savait ce que cela voulait dire. Cette personne n’a pu me donner d’autres détails ne se rappelant pas très bien, «ce qui est facile à comprendre après si longtemps». Du reste, cette personne ne cherchait pas à savoir, parce qu’elle est très discrète et que c’était son intérêt car (Mlle A.) lui faisait gagner gros. Elle a été très sincèrement touchée d’apprendre qu’elle était morte. (VII, 70)

 

 


CATEGORIES : Homosexuel(le), Personnage fictif/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et