Le Figaro goûte aux madeleines

Tags :

Le Figaro goûte aux madeleines

 

Le journal où Marcel Proust avait son rond de serviette s’est mis à table.

Cette semaine, le Figaroscope consacre un test gourmand à la madeleine, chère au cher Marcel.

 

« Quelque cent ans après, nul n’y échappe. Prononcez le mot «madeleine» et vous verrez chacun y accoler le nom de «Proust», c’est quasi automatique. Dans des pages qui comptent parmi les plus belles de la littérature française, l’auteur de la Recherche a effectivement immortalisé le «petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot» qui déliait les fils fragiles de ses souvenirs. Une simple gorgée de thé mêlée de miettes de gâteau et c’est la couleur des dimanches matins à Combray, chez tante Léonie, qui lui revenait. De notre côté, nous nous sommes lancés plus prosaïquement à la recherche des meilleures madeleines de la capitale. Pour arriver très vite au constat que cette gourmandise, artisanale évidemment puisque seule celle-ci nous intéressait, n’était pas si courante à Paris.

Une douceur rebondie. Supplantée dans de nombreuses pâtisseries par le financier, et l’on saura vite pourquoi, ou tout simplement «zappée». Il se peut aussi que son côté désuet – Proust toujours – ne plaide pas en sa faveur, à l’heure des scones, muffins et autres starlettes anglo-saxonnes qui surfent sur la mode du tea time. En tout cas, ce test nous a enchantés car il révélait les multiples facettes d’une douceur rebondie beaucoup moins simple qu’elle n’en a l’air. Parmi les petites choses à connaître, il y a notamment l’aspect de la «bosse». Si elle est régulière et bien prononcée, c’est signe de qualité, car lié à une cuisson bien maîtrisée. Notre madeleine lauréate vient de chez Fabrice Le Bourdat, qui œuvre au Blé Sucré, dans le XIIe arrondissement. Ancien chef pâtissier de grands hôtels comme le Bristol et le Plaza, il a ouvert en 2006 sa propre adresse. Et aime tellement ce petit gâteau qu’il a même décidé de créer une «madeleine du partage» en grand format avec toutes les caractéristiques de la petite (glaçage au sucre glace et jus d’orange notamment) qui font la différence. »

 

Reportez-vous au Figaro pour connaître les détails de la méthodologie aux quatre critères — l’aspect (couleur, forme, régularité), la texture (moelleux, croustillant), la saveur (arôme, goût de beurre, de miel…), le rapport qualité-prix —  et le palmarès aux dix noms — Blé Sucré, la Pâtisserie des Rêves, Pâtisserie Cyril Lignac, Liberté, Fauchon, Éric Kayser, Carette, le Moulin de la Vierge, Lenôtre, Pichard.

Figaroscope

Figaroscope

 

Et si vous nous signaliez les bonnes madeleines de chez vous ?

 

Vive le partage !

 

Parole de proutiste…

Patrice Louis

 

PS : L’Express Tendances, lui, consacre un article aux « Dix tombes immanquables au Père Lachaise », dont celle de Proust :

« Marcel Proust, lui, joue la carte de la sobriété avec une tombe en marbre noir. En réalité, il s’agit d’une nouvelle stèle, installé après que l’originale a été détruite. Parfois, certains visiteurs y déposent une madeleine. »

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Le Figaro goûte aux madeleines”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. On peut les faire soi-même ! Il suffit d’acheter le moule adéquat (5 euros) !

    Puis 3 oeufs, de la farine, du sucre, de la fleur d’oranger et un peu de levure.

    Le truc, c’est le beurre : vous devez le faire chauffer jusqu’à ce qu’il devienne liquide, mais pas trop. Puis vous ajoutez la farine, le sucre, la levure, un peu de sel, vous touillez… Puis les oeufs. Vous réservez un petit quart d’heure, vous garnissez votre moule (le mien contient 12 emplacements), et zou, au four thermostat 8.

    Pendant la cuisson, vous avez le temps de (re)lire quelques pages de la Recherche, mais attention tout de même : ne pas trop se plonger dedans, au risque de brûler vos madeleines maison !

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et