Jumelage franco-américain

Jumelage franco-américain

 

Sagesse des fous…

J’ai trouvé plus fou que moi dans une proposition de Marcelita Swann concernant les jumelages d’Illiers-Combray.

La commune est unie à l’Allemande Gemünden à l’Anglaise Coniston (où John Ruskin est enterré) et à l’Italienne Anversa degli Abruzzi immortalisée par Gabriele d’Annunzio (voir la chronique L’Europe des Lettres célébrée à Illiers-Combray).

 

Mon amie proustienne de New York suggère de ne pas s’arrêter en si bon chemin après avoir lu la chronique Bostonian & Proustian où je relève en quoi la capitale du Massachusetts offre un reflet américain à l’auteur de la Recherche (voir son commentaire et les liens qui s’y attachent).

 

Je la cite :

« What do you think of choosing Boston as the twin-city in America ?
 I think it would be a great match. Not only is there a vibrant branch of The Proust Society of America at the Boston Athenaeum,
 but Brandeis University has an intriguing collection of Proust’s letters. »

Pour les non anglophones, elle met en avant pour justifier un jumelage Boston/Illiers-Combray qu’elles sont bien assorties, qu’il y a à Boston une branche de la Société Proust d’Amérique et que l’université Brandeis — située à Waltham, à seize kilomètres de Boston, Brandeis est la première université financée par la communauté juive aux Etats-Unis — possède une fascinante collection de lettres de Proust.

DSCN3160

 

Il faut que j’écrive à Martin J. Walsh, maire de Boston.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Jumelage franco-américain”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Dear Patrice,
    I would say, « Good Luck! » but one superstitious friend told me that it is better to say « Je te dis merde!!! » in place of « Bonne chance! ».

    Notice the « !!! » marks. 😉

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et