Zéro pointé pour Gide

Zéro pointé pour Gide

 

André Gide méritait un zéro pour avoir refusé Du côté de chez Swann à la NRF. Il se l’est d’ailleurs auto-attribué, portant le fardeau fatal d’une bourde littéraire (voir la chronique Le bide de Gide).

On sait moins qu’il a récidivé dans l’erreur de jugement, cette fois cinématographique, vingt ans plus tard. C’est mon jeune et cinéphile frère Olivier qui me le signale après avoir lu la biographie de Jean Vigo signée Pierre Lhermier.

Gide est invité à assister, le 7 avril 1933, à une avant-première de Zéro de conduite destinée aux exploitants, à la presse et à quelques intellectuels. Le film, nourri par les souvenirs du réalisateur à la réputation d’anarchiste, décrit l’insurrection d’élèves dans un austère collège s’achevant sur la danse de quatre enfants sur les toits comme s’ils allaient s’envoler.

290 1 Zéro de conduite

290 2 Zéro de conduite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Œuvre singulière, Zéro de conduite préfigure Les Quatre cents coups de François Truffaut — qui admirait Vigo — ou If de Lindsay Anderson.

La subversion du film à l’esthétique expérimentale choque le grand écrivain, qui fut pourtant lui-même sulfureux. Il quitte la séance avant la fin tandis que les frères Prévert, présents aussi, manifestent bruyamment leur plaisir — Jacques glissera quelques hommages à l’auteur d’À la Recherche du Temps perdu dans ses écrits, selon des Journées internationales à lui consacrées à Paris III/Sorbonne Nouvelle en 2000.

Gide approuvera la décision d’interdire le film au prétexte qu’il a un « esprit anti-français ». La censure s’appliquera jusqu’à la Libération.

Vigo donc, après Proust. Double zéro pour André qui fut plus inspiré. Commentaire d’Olivier : « Quel instinct, quel talent de détection ! »

On ne peut mieux dire.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : Les recherches pour cette chronique m’apprennent que le génial pédéraste contracta un mariage jamais consommé avec une certaine… Madeleine.

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Zéro pointé pour Gide”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Article dont on ne peut se passer, à lire à tout prix

  2. Je pourrais faire comme si…
    Ce commentaire, pour élogieux qu’il soit, n’en est pas moins suspect et ressemble fort aux indésirables qui sont en principe filtrés. L’identité de « l’auteur » laisse sceptique : http://www.xitio.fr/ (IP : 5.153.131.254 , tranzi-amvr.donbass.com
    Ma foi tant pire, comme disait mon arrière-grand’mère…

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et