Vacuité des mondanités (1)

 

Vacuité des mondanités (1)

 

Prenez deux hommes. Ils sont amis. L’un, le général de Froberville, a aidé l’autre, Charles Swann, à entrer au Jockey Club et l’a assisté lors de duels. Faites-les se retrouver dans une soirée chez la marquise de Saint-Euverte. Le premier remarque que son ami a mauvaise mine ce qui lui fait qu’il est gravement malade.

Que va-t-il lui dire ?

 

A) Charles, vous avez une mine affreuse. Charles, vous me semblez en petite forme. Puis-je vous être utile en quoi que ce soit ? Vous savez que le professeur du Boulbon ne se tiendrait pas de joie à vous recevoir.

2) Notre hôtesse est jolie à croquer. Dites donc, Swann, j’aimerais mieux être le mari de cette femme-là que d’être massacré par les sauvages, qu’en dites-vous ?

3) Vous avez bonne mine, vous savez !

4) Comment trouvez-vous mon nouveau monocle ?

5) Ami très cher, votre santé m’est précieuse. J’exprime le souhait que vous en preniez soin.

 

Réponse demain.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Divertissement/ AUTHOR : patricelouis

16 comments to “Vacuité des mondanités (1)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Je dirais spontanément la 3. Tel que je connais notre Marcel, il démonte le langage des salons, comme tous le reste d’ailleurs, en faisant apparaître que la réalité est bien entendu à l’inverse de ce que l’on pourrait croire. C’est un mouvement continu de la Recherche, qui s’applique au particulier comme au général ; vous croyez que tel personnage est tout, , qu’il est hétérosexuel, qu’il n’a aucun talent ou bien qu’il en a trop, que le Monde est un endroit cultivé, que l’amitié existe, que les femmes aimantes sont fidèles, etc., etc : vous serez impitoyablement détrompé, parfois au détour de la même phrase ; ainsi, si un « ami » vous complimente sur votre bonne mine, il est à peu près sûr que vous êtes aux portes du tombeau… Donc, je vote la 3.

    La 1, la 4 et la 5 ne pourraient s’appliquer ici. La 5 pourrait avoir été écrite dans la correspondance privée de Proust. La 4 n’a pas été écrite par Proust, les personnages portant un monocle, dans la Recherche, ne posent pas ce genre de questions ! La 1 est un montage de l’amabilité de Madame de Guermantes et des relations du milieu de Proust avec les médecins, ces « sommités », mais elle ne convient pas… Seule la 2 me paraît crédible, mais dans un autre contexte : disons le salon des Verdurin, avec un personnage comme Brichot par exemple…

    Je persiste et signe : la 3.

  2. Chère Clopine, dès qu’il y a un jeu, vous vous précipitez et je m’en réjouis. Réponse demain !

  3. C’est que le dimanche, c’est le jour des galipettes oulipiennes des Papous, chez François Treussard, sur radio France Culture…

    J’adore jouer à tout ça…

    Tenez, un défi : ré-écrire la Recherche du Temps Perdu en lipogramme en « e ». Rien que la première phrase m’a demandé cinq bonnes minutes (je ne suis pas rendue !)

    Voici ma version :

    « Longtemps, je me suis couché de bonne heure »
    « Des jours durant, tu roupillas trop tôt ».

    mouais…

    (je me demande si je vais continuer !)

    • Si, si, continuez…
      Puis-je suggérer une variante (forcément moins aboutie) : « Des jours durant, moi roupillant pas tard… » ?

  4. Ah oui, très bonne la variante ! Mais je préfère (pour me faciliter la suite, pardine), le « tu », qui peut rappeler le monologue intérieur.

    On y va, vous l’aurez voulu !

    « Parfois, sitôt ton halo fini, miroitants clôts fissa fissa, sans pouvoir avoir un pv : « dodo ». Puis, trois fois neuf toc-toc plus tard, tu rouvrais calots, vasistas – voulant dodo pourtant : tu voulais finir ton bouquin, le halo clos ; tu n’avais pas, roupillant, rompu ta phosphoration sur ton bouquin, mais tu divaguais pas mal ; tu croyais à l’autoportrait : un manoir, un quatuor, la baston François-Quint…  »

    (je n’aime pas la « phosphoration », qui n’existe pas, mais bon je n’ai pas trouvé d’équivalent.)

    Bon, si jamais on arrive ainsi au bout des quelques milliers de pages de la Recherche, on aura définitivement enfoncé Perec !!! Niveau titre, c’est facile : Instructions d’instants d’oubli. 1 = Swann ; 1-1 = Combray…

  5. plutôt que « toc-toc » : « tic tac » retracerait mieux la pendulette qui marque le temps, sur la table de nuit…

  6. et supprimer le « le » devant « halo clos », of course ! Bon, faut que je sois plus sérieuse si je veux continuer !

  7. Fascinant…

  8. Une idée de titre en sept mots pour sept volumes :
    « Chassant nuits, matins, midis ou soirs disparus »

  9. Oui, il faut absolument mettre « disparus » dans le titre. Pourrait-on contracter les « nuis, matins, midis ou soirs » en « jours » ?

    « Recherchons jours disparus », ça fait petite annonce !

    Bon, pour lipogrammer :

    « Chassant jours disparus »…

    • J’avais précisément d’abord mis « jours » et l’idée de la déclinaison m’a plu… — en plus, qu’aucun des quatre n’ait de « e » est troublant.

  10. En tout cas, c’est rigolo ! Croyez-vous que d’autres pourraient être intéressés par un projet aussi, euh, comment le qualifier ? Fascinant, avez-vous dit ? On pourrait lancer un concours : la « Recherche Lipogrammée » !?!

    On soumettrait le tout à Jean-Yves Tadié (euh… En s’assurant d’abord que cela le fait bien sourire, qu’il n’y voit pas un crime de lèse-proustisme), qui départagerait les versions…

    Faudrait qu’on soit nombreux, pour se partager le boulot… Et se faire un répertoire, avec tout de suite des lipogrammes pour les termes proustiens suivants :

    « temps »
    « jeunes filles »
    « côté »
    « chambre »
    « phrase »
    « salon » (ah, tiens, celui-là nous est donné !)
    « princesse »
    « Guermantes » et « Verdurin » !!!

    Allez, je dois vous laisser, mais en tout cas merci pour la divagation dominicale !
    Votre

    Clo

  11. Sauf à les transformer en « Albatros » et « Gilbus ». Savoir si Proust n’aurait pas préféré… ?

    proustiennement vôtre…

  12. De mémoire….la 2?

    Ah, j’adore ces quizz…

    • Perdu ! Bienvenu dans ce quizz plein de blogues (ou le contraire). La réponse est dans la chronique qui suit.
      Patrice

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et