Le parler Norpois (27 et dernier)

XXVII : Vu par Charlus.

 

*[Charlus au Héros :] Qu’est-ce que j’étais donc en train de vous dire ? Ah ! oui que les gens haïssaient maintenant François-Joseph, d’après leur journal. Pour le roi Constantin de Grèce et le tzar de Bulgarie, le public a oscillé, à diverses reprises, entre l’aversion et la sympathie, parce qu’on disait tour à tour qu’ils se mettaient du côté de l’Entente ou de ce que Norpois appelle les Empires centraux. (VII)

*[Charlus au Héros :] Notre excellent Norpois a beau écrire (en sortant un des accessoires de rhétorique qui lui sont aussi chers que « l’aube de la victoire » et le « Général Hiver ») : « Maintenant que l’Allemagne a voulu la guerre, les dés en sont jetés », la vérité c’est que chaque matin on déclare à nouveau la guerre. (VII)

*[Charlus au Héros :] « Allons, me dit-il, je vous quitte (le groupe qui l’avait escorté de loin ayant fini par nous abandonner), je m’en vais me coucher comme un très vieux monsieur, d’autant plus qu’il paraît que la guerre a changé toutes nos habitudes, un de ces aphorismes qu’affectionne Norpois ». (VII)

 

Fin


CATEGORIES : Divertissement/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et