Deux mondes à Illiers(-Combray), épisode 2

Deux mondes à Illiers(-Combray), épisode 2

 

À Illiers, la bataille des noms est suivie de celle des lieux. L’épisode qui suit aggrave tout.

En 1954, la propriétaire de l’ancienne maison des Amiot, mais qui n’est pas de la famille, vient à mourir. La Ville nourrit le projet d’en faire une « Épicerie Moderne ». Sacrilège ! La Société convainc Mlle Germaine Amiot de se porter acquéreuse. Le camp adverse riposte par une réquisition : « Le Conseil municipal d’Illiers, qui déjà avait refusé de voir adjoindre le nom de Combray à celui d’Illiers, est resté peu favorable par une méconnaissance faite d’une ignorance volontaire et obstinée que certains journalistes ont signalée avec esprit, à la suite de la retentissante réquisition faite par la ville de la célèbre maison de tante Léonie pour la consacrer (pour un temps heureusement limité) au service de la perception. » (N° 3)

La menace de voir des guichets la cuisine de Françoise et un fonctionnaire des Finances dans le lit de la tante pèsera un an ! La demeure demeure et devient officiellement « Maison de tante Léonie ». Sauvée des impies, classée (Monument historique en 1961) elle s’enrichit d’un musée en 1972. En 1976, peu avant sa disparition, Germaine Amiot fait don de la propriété à la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray. Depuis, la Sampac n’est pas loin de considérer ce cadeau comme empoisonné. En effet, une menace plane. Laquelle ? Réponse demain.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et