Demandez la photo du mariage !

Demandez la photo du mariage !

 

Ah, c’est un superbe document… Un certain Aurrellyen participe ces jours-ci au débat « Proust ou pas Proust — plutôt de mon côté.

Mais ce n’est pas pour son soutien que je l’évoque. Je viens de publier son dernier commentaire :

« Le moustachu à chapeau melon (appelé Proust dans de nombreux articles, mais plus vraisemblablement journaliste) suivi d’un deuxième homme à chapeau melon se hâtant et portant un appareil photographique, dévalaient-ils l’escalier pour prendre à temps la photographie des mariés devant la colonnade de la Madeleine, publiée par Le Petit Parisien Supplément littéraire illustré du 27 novembre 1904 (source Gallica – BNF) ? »

 

Je suis naturellement allé y voir et voici ma pêche miraculeuse, en page 4 du journal :

 

 

Le point clair que l’on voit au-dessus de la raie dans les cheveux du bedeau à chaîne n’est-il pas notre ami Marcel ?

Plus sérieusement, je consacrerai ma chronique de demain aux photographes que l’on repère dans le film de 1904.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Demandez la photo du mariage !”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Quand et comment Marcel Proust apparaît-il dans la presse ?

    Comme journaliste au Gaulois le 14 janvier 1895 ?

    Comme acteur mondain dont le journal se met à citer les présences. Il écoute ainsi la comédie « entre 6 et 7 » (sic) chez Mme Aubernon de Nerville le 13 février. Il assiste au dimanche de la princesse Mathilde relaté le 12 mars 1895.
    Il était au bal donné le 25 avril 1895 par Mme Edgar Stern, où d’après le Gaulois du lendemain, le cotillon fut plein d’entrain.
    Deux jours avant, la fête musicale chez la princesse Edmond de Polignac.
    On récidive un mois plus tard avec les Greffulhe etc. à la soirée de Mme Howland. Et ça continue dans l’année, sous la plume de Dantin par exemple.

    Comme auteur à partir du 9 juin 1896, pour « les plaisirs et les jours ». Il « …entre dans la carrière des lettres par un chemin fleuri de roses… ».

    Avons-nous plus tôt, dans d’autres journaux ?

    PS : une seule apparition pour ce journal en 1904, pas à la Madeleine, mais comme traducteur de Ruskin, déjà vue ailleurs.

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et