Il n’y a pas que Marcel, il y a Asli aussi

Il n’y a pas que Marcel, il y a Asli aussi

 

Asli Erdogan risque la prison à vie.

Cette romancière et militante des droits humains vient de passer plusieurs mois incarcérée à la prison pour femmes de Bakirköy, à Istanbul.

Elle est toujours sous la menace d’une détention à perpétuité même si elle a bénéficié, ces jours-ci, d’une liberté sous contrôle jusqu’au verdict du 13 mars, avec interdiction de quitter la Turquie d’ici là.

 

Asli Erdogan, 49 ans, est accusée d’appartenir à une « organisation terroriste ». C’est ainsi que le pouvoir désigne le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en guerre contre l’État depuis 1984. Résolument non violente, l’écrivaine n’a pour seul tort que de prendre la plume pour défendre des minorités — les Kurdes, les Arméniens, les transsexuels. Elle s’est ainsi attirée les foudres du président turc Recep Tayyip Erdogan (sans lien de parenté) aux tentations autoritaires.

 

Une mobilisation mondiale s’est organisée pour soutenir Asli Erdogan. Ainsi, en France, des lectures de son dernier roman, Le Bâtiment de pierre (Actes Sud), qui raconte l’enfer carcéral, ont été programmées dans des librairies, médiathèques ou théâtres.

 

J’ai été contacté et c’est un honneur pour moi que d’aller lire des extraits de cette œuvre vendredi 13 janvier, à 18 h, à Chartres. Cela se passera à la librairie L’Esperluette, au 10 de la rue Noël Ballay, au centre-ville. Son directeur, Olivier L’Hortis, a tout de suite adhéré à l’idée et le moment s’annonce beau, surtout si celles et ceux qui le peuvent se joignent à nous.

 

Venez partager ce moment de solidarité.

 

Et vive la littérature libre !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et