Dépoussiérer Proust, dit-elle

Dépoussiérer Proust, dit-elle

 

Elle s’appelle Sarah Sauquet… Elle a posté aujourd’hui sur FaceBook une drôle de chronique de son blogue « Un texte un jour, La littérature au jour le jour ».

Les yeux des proustiens en ont cligné d’aise : « 20 signes que vous êtes un fan de Proust ».

 

La voici :

« A 21h30 pétantes, vous êtes couché. Normal, vous êtes d’une santé fragile.

Pour vous, le monde se divise en deux clans : ceux qui aiment Proust et ceux qui n’y comprennent rien. Ceux qui ne l’ont jamais lu ou n’en ont, pire, jamais entendu parler n’existent pas.

Vous avez un incommensurable amour pour les souliers rouges.

Au fond, vous êtes très attaché à votre maman. Comme à votre grand-mère.

Vous avez appelé votre fille Oriane.

Vous savez dire « Longtemps, je me suis couché de bonne heure » dans plusieurs langues. On ne sait jamais.

Tout en étant un ami fidèle et discret, vous adorez les ragots.

Vous adorez relire François le Champi et vous êtes promis de le faire découvrir à vos enfants.

Vous comprenez parfaitement le sentiment de déception qui s’empare d’une personne lorsque la réalité n’est pas à la hauteur de ses attentes.

Vous avez un faible pour les madeleines, mais aussi pour les asperges. Il serait trop long d’expliquer ici pourquoi.

Hypersensible, vous exaspérez votre entourage par vos sempiternelles prises de tête.

A Paris, l’hôtel Swann est votre QG.

Contrairement aux apparences, vous n’êtes pas snob et pouvez rire de tout. Même du caca.

Vous êtes très attentif à chaque adaptation cinématographique ou télévisuelle de l’œuvre de Proust, qu’il s’agisse de celle de Raoul Ruiz, de celle de Volker Schlöndorff ou encore celle de Nina Companeez. Tout en attendant le chef-d’œuvre ultime. Qui ne vient pas.

Vous êtes un fin observateur et rien ne vous échappe. Vous voyez clair dans le jeu des gens, même si votre émotivité vous empêche parfois de vous exprimer.

Dave est vote chanteur préféré.

A l’instar de Françoise Quoirez qui choisit de se faire appeler Françoise Sagan, vous avez déjà trouvé votre éventuel et futur pseudonyme au sein d’A la recherche du temps perdu.

Vous pouvez passer des heures sur Internet à chercher des assiettes à l’effigie des Mille et une Nuits, comme celles que Françoise apporte à tante Léonie.

Un simple nom, une odeur fugace, la moindre sensation suffisent à déclencher chez vous un souvenir, une rêverie.

Parfois, il vous prend des envies de « faire catleya ». Comprenne qui pourra.

Vous souhaitez relire l’œuvre de Proust ? Téléchargez nos applis Un texte Un jour et Un Texte Un Eros !

Vous souhaitez en savoir plus l’univers de Marcel Proust ? Découvrez l’hôtel Swann ! »

 

Enseignante dans un lycée, la malicieuse dame se proclame« prof qui dépoussière la littérature classique ».

 

Bien joué !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Dépoussiérer Proust, dit-elle”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. When I return to Paris, I will stay at Hotel Le Swann.
    Which room?
    Maybe « Zelia. » Why? To imagine her playing Chopin!

    « Il est vrai que la seule élève encore vivante de Chopin déclarait avec raison que la manière de jouer, le « sentiment », du Maître, ne s’était transmis, à travers elle, qu’à Mme de Cambremer ; mais jouer comme Chopin… » MP

    « It was true that Chopin’s only surviving pupil declared, and with justice, that the Master’s style of playing, his ‘feeling,’ had been transmitted, through herself, to Mme de Cambremer alone, but to play like Chopin…. » MP/Modern Library

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et