Dire Proust au dîner (bis)

Dire Proust au dîner (bis)

 

Nous avions encore rendez-vous au Café de la Mairie, place Saint-Sulpice, dans le VIe arrondissement de Paris…

Laurence Grenier, infatigable propagandiste de Proust à travers ses livres vulgarisateurs et son blogue fureteur, nous avait invités cette fois à jouer « Un dîner chez les Guermantes».

 

Tous les rôles étaient là (une superproduction) : Marcel, la princesse de Parme, Hannibal de Bréauté, le prince Von Faffenheim, Poullein, la vicomtesse d’Arpajon, M. et Mme de Grouchy, Mme de Varambon, le prince d’Agrigente, et naturellement, Oriane et Basin — deux interprètes d’exception se succédant pour la duchesse de Guermantes, Irène Pertus et Laure Hillerin et, pour le duc, Laurent Fraisse et votre serviteur (pardon de ne pouvoir citer tout le monde).

Dîner 1  Dîner 2

 

Laurence n’a pas son pareil pour entraîner du côté de chez Proust. Avec les dineurs venus assister au spectacle (dont un couple d’Australiens, Jennifer et Lawrie, épatés), nous étions une vingtaine.

 

Un clin d’œil, rare, pour clore : la caisse enregistreuse du restaurant :

(Photos PL)

(Photos PL)

 

Ne croyez pas vos yeux : avoir le privilège de dire Proust, ça n’a pas de prix !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et