QUIZZ 1

QUIZZ

1- Quelle commune d’Eure-et-Loir sert-elle de modèle à Combray ?

 

2- Quel est le lien familial entre les Bontemps et Albertine, 1) leur fille, 2) leur cousine, 3) leur nièce ?

 

3- Qui est Ploumissou ?

 

4- Comment le Héros appelle-t-il les demoiselles rencontrées à Balbec, Albertine, Andrée, Gisèle, Rosemonde et deux sans prénom ? (II)

 

5- Quel est le lien entre le maréchal-ferrant de Combray et le suisse de l’église Saint-Hilaire ?

 

6- Dans quel journal le Héros publie-t-il un article ?

 

7- Quel est le prénom du baron Charlus ?

 

8- Quelle plante aux fleurs blanches ou roses compose-t-elle la haie du petit raidillon de Tansonville ?

 

9- Que signifie « faire catleya » ?

 

10- Qui appelle qui « Bobette » ?

 

11- En terme de classes, 1) des ouvriers, 2) des bourgeois et 3) des grands seigneurs, où vont, dans l’ordre, les préférences du Héros ?

 

12- Qui est surnommé « dans les choux » ?

 

13- De quoi la princesse de Parme considère-t-elle qu’« on [en] aura toujours besoin », 1) de la noblesse, 2) de pétrole, 3) des salons ?

 

14- Sous quel nom le Loir apparaît-il ?

 

15- Sur quel peintre Swann prépare-t-il une étude ?

 

16- Qui ronfle pendant le concert de Morel chez les Verdurin ?

 

17- Quel mot Elstir et Charlus ont-il en commun ?

 

18- Quel est la profession du marquis de Norpois ?

 

19- Quel est le membre du « petit noyau » Verdurin en plus de Brichot, du Dr et Mme Cottard, d’Elstir, d’Odette, du jeune pianiste et de sa tante, de Saniette ?

 

19- Combien le Héros compte-t-il de jeunes filles en fleurs de Balbec lui ayant donné leurs faveurs ?

 

20- Qui est l’habitué du Grand-Hôtel de Balbec qui retrouve sa chambre chaque année, outre le bâtonnier de Cherbourg et le premier président de Caen ?

 

21- Quel est le prénom de la duchesse de Guermantes ?

 

22- Quel instrument permet-il de voir les aventures de Geneviève de Brabant et de Golo ?

 

23- Quel est le point commun entre l’épicier Camus de Combray, le général de Froberville et le docteur Cottard ?

 

24- Un syndicat ouvrier est-il cité dans la Recherche ?

 

24- Qui est Babal ?

 

25- Quelle raison Swann donne-t-il pour ne pas accompagner le duc et la duchesse de Guermantes en Italie et en Sicile prévu dix mois plus tard?

 

26- Quel est le rôle de la fille de cuisine de Françoise, 1) Éplucher les asperges, 2) plumer les asperges, 3) peler les asperges ?

 

27- Quelle famille de la noblesse d’Empire a-t-elle « un nom de pont », selon la duchesse de Guermantes, 1) Iéna, 2) Arcole, 3) Garigliano ?

 

28- Quel est le sujet de l’« opuscule » du fils d’un ami du marquis de Norpois, 1) Le mousqueton dans l’armée française, 2) L’arquebuse dans l’armée prussienne 3) le fusil à répétition dans l’armée bulgare ?

 

29- Comment le Héros qualifie-t-il dans Le Temps retrouvé les « dîners en ville » où il allait jadis, 1) Ces festins de barbares, 2) Ces repas immondes, 3) Ces agapes abjectes ?

 

30- Quel est le nom complet du « prince von », 1) Le prince de Faffenburg-Munsterheim-Weinigen, 2) Le prince de Faffenheim-Munstergen-Weiniburg, 3) Le prince de Faffenigen-Munsterburg-Weinenheim. ?

 

31- Quel est le mot manquant dans la phrase : « Je me livrais à ces imaginations qui sont des commencements de           , de           qu’on enrage de ne pouvoir faire achever par la femme elle-même (ces           -là précisément, à l’exclusion de toutes autres) », 1) caresses, 2) gentillesses, 3) tendresses ?

 

32- Qui dit à qui : « Vous en avez un gros pétard ! ».

 

33- Quelles sont les deux marques d’automobiles citées dans la Recherche ?

 

34- Quel est le prénom du duc de Guermantes ?

 

35- À Combray, pour aller du côté de Guermantes, sort-on, 1) par la grande porte, 2) par la petite porte du jardin ?

 

36- Quels deux personnages ont-ils le « teint bruni » ?

 

37- Quel est le personnage le plus cité ?

 

38- André Gide trouvait que dans la Recherche, il y a trop 1) de comtesses, 2) de duchesses, 3) d’altesses ?

 

39- Sous quel nom Cabourg est-il immortalisé ?

 

40- Quel est le point commun entre le domestique qui conduit le Héros au salon où l’attend le duc de Guermantes et la sous-maîtresse de la maison de plaisir de Maineville ?

 

41- Quel journal britannique est-il cité ?

 

42- Quel est l’horaire du « beau train généreux » vers Balbec ?

 

43- Qui devient la seconde princesse de Guermantes ?

 

44- Quelle est la cause du décès d’Albertine ?

 

45- Quel peintre est-il l’auteur de La Charité à laquelle ressemble la fille de cuisine de Françoise ?

 

46- Qui est François le Champi ?

 

47- Quels sont les derniers mots de Bergotte avant de mourir ?

 

48- Dans quelle ville de garnison Robert de Saint-Loup est-il militaire ?

 

49- Dans Sodome et Gomorrhe, avec qui le baron Charlus dîne-t-il dans un salon du Grand-Hôtel de Balbec ?

 

50- Quelle volaille le directeur du Grand-Hôtel de Balbec découpe-t-il lui-même, 1) des dindes, 2) des dindons, 3) des dindonneaux ?

 

51- Quel membre du « petit noyau » des Verdurin est-il féru en étymologies, 1) Brichot, 2) Cottard, 3) Saniette ?

 

52- Quelle science passionne-t-elle le père du Héros ?

 

53- Chez qui le Héros rencontre-t-il la « dame en rose » ?

 

54- Quelle est la seule famille présentée sous son « nom véritable », selon l’auteur ?

 

55- Quel est le surnom que Swann donne à son cocher Rémi ?

 

56- Quel couple antidreyfusard en arrive-t-il à faire dire des messes pour Dreyfus ?

 

57- En quel lieu se situe la maison des Vinteuil, près de Combray ?

 

58- Chez quel commerçant parisien Françoise envoie-t-elle chercher du jambon d’York ?

 

59- Quelle est la « matière noirâtre » que le Héros ignore, trouve dans son assiette chez les Swann et se résout à ne pas manger ?

 

60- Dans quelle allée du bois de Boulogne Mme Swann se promène-t-elle presque chaque jour ? (I)

 

61- À quel animal un Cinghalais compare-t-il Mme Blatin ?

 

62- Quel geste sacrilège l’amie de Mlle Vinteuil se dit-elle prête à faire avant que son amie ferme les volets de Montjouvain ?

 

63- Quelle est la profession du vieil homme par-dessus lequel Andrée saute à Balbec ?

 

64- Quel couple âgé le Héros voit-il dîner dans un hôtel à Venise ?

 

65- Comment les initiés prononcent-ils Uzès ?

 

66- Quel est le surnom d’Elstir chez les Verdurin ?

 

67- Qui est Jacques du Rozier ?

 

68- Que fait Gilberte en direction du Héros lors de leur première rencontre à Tansonville ?

 

69- Qui est représenté au bord droit du Balcon du Cercle de la rue Royale de James Tissot ?

 

70- Qu’appelle-t-on « l’air national » de l’amour de Swann et d’Odette ?

71- Quel est le plat servi par la mère du Héros dont le marquis de Norpois ne reprend que parce que c’est de sa part « un véritable oukase » ?

 

72- Quel est le personnage dont la mort n’empêche pas le duc et la duchesse de Guermantes d’aller à une fête nocturne ?

 

73- Quelle salonnière se rend-elle à la soirée de la princesse de Guermantes pour recruter des participants à sa réception du lendemain ?

 

74- Qui est appelé « barbares » par la famille du Héros dans Du côté de chez Swann ?

 

75- Où habite à Paris la marquise Alix, une des trois « vieilles Parques » liées à Mme de Villeparisis ?

 

76- Quel est le prénom de M. Verdurin ?

 

77- Et celui de Mme Verdurin ?

 

78- Quels personnages sont-ils surnommés « les ombrageuses prêtresses de l’Invisible » ?

 

79- Quelle eau minérale tante Léonie boit-elle ?
80- Quel est le nom du château près de Balbec que les Cambremer louent aux Verdurin ?

 

81- Qui se fait appeler Legrand de Méséglise ?

 

 

82- Qui reconnaît que Wagner l’« endort immédiatement » ?

 

83- Quelle église « rustique » est-elle, selon le Héros, le symbole de la France éternelle ?

 

84- À quel jeu collectif le Héros joue-t-il avec Gilberte aux Champs-Élysées

 

85- Quelle épistolière la grand-mère du Héros cite-t-elle volontiers ?

 

86- Quelle chanson de Félix Mayol Morel entonne-t-il avec cœur ?

 

87- Sur quel écrivain étranger, auteur de Sésame et les Lys, le Héros fait-il un travail de traduction ?

 

88- Près de quelle ville se situe Combray avant la guerre de 14, puis pendant ?

 

89- Sous quel autre nom le tome VI, La Fugitive, est-il connu ?

 

90- Qui épouse Odette Swann devenue veuve et adopte Gilberte ?

 

91- Quel est le Faubourg symbole de l’aristocratie qui fascine le Héros ?

 

92- Sous quel nom Françoise appelle-t-elle la tenancière des WC des Champs-Élysées ?

 

93- Que Mme Verdurin pleurerait-elle plus que de voir mourir des « foultitudes » de gens qu’elle connaît ?

 

94- Quel est le prénom du frère de la première femme de chambre de la baronne Putbus.

 

95- Quel employé du Grand-Hôtel de Balbec s’engage-t-il dans l’aviation, sans doute parce que les hauteurs de l’escalier ne lui suffisaient plus ?

 

96- Qui est l’auteur de l’opéra La Juive ?

 

97- De quelle localité près de Combray, les clochers sont-ils le sujet d’un article que le Héros envoie au Figaro.

 

98- Qui est arrivé en retard et ivre-mort à un dîner de la princesse Mathilde ?

 

99- Quelle ancienne jeune fille en fleurs épouse-t-elle Gustave ? (VII)

 

100- Quel est le prénom du Héros, selon Albertine ?

 

 

20 comments to “QUIZZ 1”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. pouh là là, comment fait-on pour répondre au quizz ?

    En laissant les réponses ici, ou bien en disant seulement qu’on connaît les réponses, pour ne pas aider les autres lecteurs ?

    parce que sinon, c’est trop facile : et peut-on lire les réponses des autres ?

    De toute manière, je n’ai pas les 100 réponses, m’enfin pas mal quand même, nom de dlà !!! Au hasard :

    32 : Jupien à Charlus

    • Bravo, c’est bien ça.
      Que suggérez-vous pour connaître les réponses ? Je trouve malicieux de laisser visiteuses et visiteurs décider.
      Bonne année,
      Patrice

  2. Il faudrait faire comme dans les « vrais » quizz. On répond directement aux questions, on enregistre et là, paf ! Le pourcentage de « vrai-faux » apparaît, ainsi que les réponses.

    Evidemment, c’est du boulot.

    Mais ce serait tellement mieux que les quizz de « Elle », qui sont du genre : « Votre mari est-il un bon amant ou un bon père ? » (pfff…)

    MEILLEURS VOEUX A VOUS ET A CE BLOG ; et connaissez-vous la réponse, pour le « Café Anglais » ? J’en ai déduit, en lisant la « Recherche », que ce devait être un restaurant parisien du début du siècle dernier, non connu pour sa « bonne cuisine bourgeoise » mais pour son « chic », ce qui expliquerait la réaction du Narrateur quand Françoise le cite comme son modèle. Est-ce que le « Café Anglais » existe encore, comme le Ritz ou d’autres restaurants cités dans la Recherche ?

    Allez, encore une petite réponse au hasard (je ne choisis pas, hein ! Promis !!)

    91 : faubourg Saint Germain (fastoche !)

    • Bravo, c’est encore bien ça. Dites-moi plutôt où vous bloquez.
      Pour le Café Anglais, voici le peu que je connais :

      Café Anglais, café-restaurant
      13, boulevard des Italiens.
      Ouvert en 1844, il disparaît avant la Première guerre mondiale.

      * Il [Swann] poussa jusqu’à la Maison Dorée, entra deux fois chez Tortoni et, sans l’avoir vue davantage, venait de ressortir du Café Anglais, marchant à grands pas, l’air hagard, pour rejoindre sa voiture qui l’attendait au coin du boulevard des Italiens, quand il heurta une personne qui venait en sens contraire : c’était Odette (I, 164)
      * [Françoise :] «… il y avait un de ces Cafés où il me semble qu’on savait bien un peu faire la cuisine. Je ne dis pas que c’était tout à fait ma gelée, mais c’était fait bien doucement et les soufflés ils avaient bien de la crème.» «Est-ce Henry ? demanda mon père qui nous avait rejoints et appréciait beaucoup le restaurant de la place Gaillon où il avait à dates fixes des repas de corps. «Oh non! dit Françoise avec une douceur qui cachait un profond dédain, je parlais d’un petit restaurant. Chez cet Henry c’est très bon bien sûr, mais c’est pas un restaurant, c’est plutôt… un bouillon!» «Weber» ? «Ah! non, Monsieur, je voulais dire un bon restaurant. Weber c’est dans la rue Royale, ce n’est pas un restaurant, c’est une brasserie. Je ne sais pas si ce qu’ils vous donnent est servi. Je crois qu’ils n’ont même pas de nappe, ils posent cela comme cela sur la table, va comme je te pousse.» «Cirro ?» Françoise sourit : «Oh! là je crois qu’en fait de cuisine il y a surtout des dames du monde. (Monde signifiait pour Françoise demi-monde.) Dame, il faut ça pour la jeunesse.» Nous nous apercevions qu’avec son air de simplicité Françoise était pour les cuisiniers célèbres une plus terrible «camarade» que ne peut l’être l’actrice la plus envieuse et la plus infatuée. Nous sentîmes pourtant qu’elle avait un sentiment juste de son art et le respect des traditions, car elle ajouta : «Non, je veux dire un restaurant où c’est qu’il y avait l’air d’avoir une bien bonne petite cuisine bourgeoise. C’est une maison encore assez conséquente. Ça travaillait beaucoup. Ah! on en ramassait des sous là-dedans (Françoise, économe, comptait par sous, non par louis comme les décavés). Madame connaît bien là-bas à droite sur les grands boulevards, un peu en arrière…» Le restaurant dont elle parlait avec cette équité mêlée d’orgueil et de bonhomie, c’était… le Café Anglais. (II, 39-40)
      * [une actrice, son jeune amant très riche et deux hommes très en vue de l’aristocratie] Pendant ce trajet la route bordée de pommiers qui part de Balbec n’était pour eux que la distance qu’il fallait franchir — peu distincte dans la nuit noire de celle qui séparait leurs domiciles parisiens du Café Anglais ou de la Tour d’Argent, avant d’arriver au petit restaurant élégant où tandis que les amis du jeune homme riche l’enviaient d’avoir une maîtresse si bien habillée (II, 180)

  3. Merci Louis, mais me voici toujours Gros-jean comme devant : pourquoi le Narrateur est-il choqué que le « Café Anglais » soit la quintessence de la bonne cuisine bourgeoise chez Françoise ?

    Pour les réponses que j’ignore :

    la 5 (maréchal ferrant et le suisse) : je crois pourtant qu’ils sont la même personne, non ?

    la 17 mot commun ?
    la 58, la 61, la 98 et la 99.

    je crois bien savoir le reste…

  4. 5 : Bien vu.
    17 : Caca
    *Elstir à propos de tableaux d’un artiste ami de Mme Verdurin, qui vient de mourir : Je me suis approché, dit-il, pour voir comment c’était fait, j’ai mis le nez dessus. Ah! bien ouiche! on ne pourrait pas dire si c’est fait avec de la colle, avec du rubis, avec du savon, avec du bronze, avec du soleil, avec du caca! (I)
    *Charlus à propos de deux comédiens : Voir Sarah Bernhardt dans l’Aiglon, qu’est-ce que c’est ? du caca. Mounet-Sully dans Œdipe ? caca. (IV) ; et à propos d’aristocrates de dernier rang : Que vous alliez faire pipi chez la comtesse Caca, ou caca chez la baronne Pipi, c’est la même chose (IV)
    58 : Olida. (II)
    98 : Alfred de Musset. (II)
    99 : Andrée. (VII)

    Pour le Café Anglais, je n’ai pas de lumières.

    Patrice

    PS : Appelez-moi Patrice; Louis, c’est mon nom.

  5. Ah, merci Patrice ! Pour la question sur le seul nom « vrai » cité, c’est « Rivière » (à propos de la guerre de 14), mais je crois que la phrase n’est pas dans toutes les éditions, notamment la dernière pléiade.

    je ne sais pas non plus la réponse à la 69.

    Je trouve que les prénoms (comme « Palamède »…) sont souvent anachroniques chez Proust. Mais peut-être est-ce le côté mondain, aristocratique, qui est la cause de cet anachronisme…

    Puis-je me permettre de vous demander comment vous avez rencontré la Recherche ? Parce qu’on la rencontre, (ou pas), n’est-ce pas. A chaque fois que je parle de Marcel Proust, ce qui m’est renvoyé c’est l’histoire particulière de mon interlocuteur avec la Recherche. Certains s’en détournent avec un complexe d’infériorité (« je n’y arrive pas, c’est trop difficile à lire »), d’autres avec un haussement d’épaules (« ce sont des histoires de gens et de milieux qui m’indiffèrent voire m’exaspèrent »), les plus nombreux sont admiratifs « de loin », comme devant un monument qu’on ne comprend pas mais qu’on sent être reconnu, et les lecteurs se souviennent tous, eux, de comment ils ont rencontré le livre.

    Je vous imagine y entrer à cause, ou plutôt grâce, à la ville de Cabourg/Balbec. Mais peut-être me trompé-je ?

    Excusez ma curiosité !

  6. 69 : Charles Haas, modèle de Charles Swann.

    Pour ma rencontre avec Proust, c’est une histoire récente. Comme beaucoup de gens, j’ai de longue date essayé de le lire et n’y parvenais pas. Je ne me séparais pas de ma Pléiade en 3 tomes, mais je ne dépassais pas les premières pages. Il y a une quinzaine d’années, avec mon épouse, nous avons quitté Paris pour les Antilles puis pris, il y a cinq ans, la direction de l’Afrique. C’est à Cotonou que le jour est venu. Cette tentative-là fut la bonne.
    J’ai tout lu en trois mois, dans l’ordre (je n’imagine pas d’autres méthodes). Ma première surprise a été de découvrir un Proust drôle. Une fois le dernier tome fini, j’ai presque tout de suite entamé une deuxième lecture, puis une troisième. D’autres ont suivi — mais c’est parce que j’avais eu l’idée d’écrire un roman racontant comment un sexagénaire apprend A la Recherche par cœur.
    C’est pour ça que je crois bien maîtriser l’œuvre, ayant ressenti beaucoup de bonheur et pris autant de notes…
    Quand nous avons voulu rentrer en France, nous n’avions pas de point de chute prévu. Nous avons même regardé une carte, avant de nous décider pour Illiers-Combray !
    Vous savez presque tout.

  7. Merci ! Joli récit d’une rencontre féconde…

  8. Le « Café Anglais » n’est-il pas aussi la référence de « Babette », du roman de Karen Blixen? c’est à dire ce restaurant de Paris où Babette a appris à cuisiner?
    Merci pour ce quizz qui me permet de mesurer ma mémorisation du texte et qui m’incite à relire encore et encore La Recherche!

  9. patricelouis says: -#1

    Vous avez parfaitement raison. C’est bien le même et, si ma mémoire est bonne, Babette sert des cailles en sarcophage !

  10. Oui! et de la soupe de tortue!
    Quant à la question de savoir pourquoi « Le Café Anglais » était mal vu de Françoise, c’était sans doute parce que ses petits salons y accueillaient des messieurs avec cocottes.

  11. Pourquoi faut-il lire l’anglais pour naviguer dans un blog qui parle de Proust? Est-ce pour plaire à Odette ou pour défier Bloch? Il paraît que Proust lui-même n’était pas très fluently dans la langue des Angles, puisqu’il a du se faire aider pour traduire Ruskin.
    Any way, blog super intéressant.

  12. Let’s continue…in 2015.

    #94 94- Quel est le prénom du frère de la première femme de chambre de la baronne Putbus.

    Answer: Théodore
    Maybe that is why his sister’s face was never found…dans la niche de Saint-André-des-Champs. 😉

    Patrice, I just adore your tale of discovery.
    « C’est à Cotonou que le jour est venu. Cette tentative-là fut la bonne. »

    It was as if fate made you wait…until you found the « lamp » instead of Aladdin, and the « genie » bestowed upon you a new name, Le Fou…de Proust.

  13. Réponse 1 : Commune d’Illiers
    Réponse 2 : Albertine et la nièce des Bontemps
    Réponse 4 : « Les jeunes filles en fleurs » tout simplement, non ?
    Réponse 6 : Le Figaro
    Réponse 7 : Le baron Charlus s’appelle Palamède, non ?
    Réponse 8 : Je pense aux Eglantines, à moins que ce ne soit des Aubépines.
    Réponse 9 : faire « cattleya » signifie être disponible pour faire l’amour, non ?
    Réponse 11 : Au bout du compte, le narrateur déçu par la bourgeoisie et encore plus par l’aristocratie ne préfère-t-il pas les ouvriers aux bourgeois, aux grands Seigneurs qu’ils trouvent faux ?
    Réponse 18 : Norpois travaillait dans la diplomatie.
    Réponse 19 : Albertine finira par accorder ses faveurs au narrateur.
    Réponse 21 : La duchesse de Guermantes s’appelle Orianne.
    Réponse 22 : L’appareil est une lanterne magique.
    Réponse 24 : Babal ne serait-il pas le surnom de Basin, le duc de Guermantes ?
    Réponse 25 : Swann est très malade me semble-t-il ce dont les Guermantes se moquent.
    Réponse 43 : Odette devient la seconde princesse.
    Réponse 44 : Albertine meurt dans un accident.
    Réponse 46 : François de Champi est le titre d’un livre de Sand que le narrateur lisait enfant.
    Réponse 26 : La fille de cuisine « pèle les asperges ».
    Réponse 27 : Garigliano ?
    Réponse 28 : il me semble « l’arquebuse dans l’armée prussienne ».
    Réponse 34 : Basin de Guettantes
    Réponse 39 : cabourg est surnommée Balbec.
    Réponse 43 : Odette devient la seconde princesse.
    Réponse 44 : Albertine meurt dans un accident.
    Réponse 46 : François de Champi est le titre d’un livre de Sand que le narrateur lisait enfant.

  14. Réponse 47 : « Le petit pan de mur jaune ».

  15. Réponse 48 : Dans la ville de Doncières

  16. Réponse 51 : Cottard

    Réponse 53 : Marcel rencontre la dame en rose chez son oncle.
    Réponse 62 : Elle crache sur le portrait de son père.
    Réponse 64 : Norpois et madame de Cambrésis amants depuis des lustres.
    Réponse 65 : Usé
    Réponse 66 : Elstir est surnommé « Bibiche ».
    Réponse 68 : Elle lui jette un regard méprisant.
    Réponse 70 : C’est la sonate de Vinteuil
    Réponse 79 : Elle boit de l’eau de Vichy.

  17. Réponse 4 : … où « La petite bande »

  18. Réponse 30 : Le prince von Faffenheim-Munsterburg-Weinigen

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et

Visiteurs

322620
Visit Today : 247
Visit Yesterday : 314
Who's Online : 1

Rubriques