Un Printemps hors de prix

Un Printemps hors de prix

Fêter le Goncourt 1919 ? A quel prix !

« La boutique est ouverte », annoncent élégamment les organisateurs. Ainsi pour les trois « dîners proustiens » :

Ils promettaient pourtant :

Insensé.

Parole de proustiste…

Patrice Louis


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

6 comments to “Un Printemps hors de prix”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Petite remarque complémentaire, cher Patrice : la maison de Tante Léonie sera accessible gratuitement pendant ces 9 jours (y compris l’exposition sur le Goncourt et la présentation des mannequins habillés comme au temps de Proust).

  2. Cher Patrice Louis,
    Connaissez-vous le tarif du circuit dit proustien ? En gros, le circuit des aubépines que j’ai accompagné bénévolement pendant 18 ans pour les adhérents de la SAMP et que nous proposions à 50 ou 60 euros : 175 euros. Si cet argent est destiné à la restauration de la maison de tante Leonie et au paiement de salaires décents, c’est très bien.Qui dénonçait l’élitisme de la SAMP ? Bonne chance au Printemps proustien et venez aussi nombreux qu’hier en Sorbonne et à Dives-sur-mer les 24, 25 et 26 juin !

  3. Bon. Faudra venir humblement avec son paquet de madeleines, qu’on grignotera dehors, en regardant à travers les vitres, dedans, les proustiens fortunés manier les beaux couverts des salles à manger éclairées…

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.