La mort des librairies ?

La mort des librairies ?

[Chronique retardée de 48 h pour cause de panne internet et de Notre-Dame en flammes]

Ce titre sera naturellement aussi faux que « La mort des cathédrales » ouvrant l’article de Marcel Proust dans Le Figaro du 16 août 1904 : « Une conséquence du projet Briand sur la Séparation ».

« Supposez pour un instant que le catholicisme soit éteint depuis des siècles, que les traditions de son culte soient perdues. Seules, monuments devenus inintelligibles, mais restés admirables, d’une croyance oubliée, subsistent les cathédrales, muettes et désaffectées. »

Comment éviter que nos librairies deviennent muettes et désaffectées ? Je me pose la question en ouvrant le bouquin sur le Goncourt d’il y a un siècle.

Deux semaines avant sa sortie, le 4 avril, je l’ai commandé. Pour ne pas céder à la facilité d’Amazon, j’ai voulu passer par la méritante commerçante du haut de la place de l’Église qui maintient un rayon librairie à son tabac-presse L’Europe. (Voir la chronique Sur la lecture à Illiers-Combray)

Je lui ai donc demandé si elle pouvait me l’obtenir. Pas de problème. Elle est approvisionnée deux fois par semaine par une importante librairie. Le 5 rien — admettons la nécessaire mise en route. Le 9, rien ; le 12 rien —livraison reportée au 13, toujours rien. Que me restait-il à faire ? Samedi en fin de matinée, j’ai en quelques secondes commandé l’ouvrage sur Amazon qui m’a promis une livraison lundi — il a été déposé avant 20 h et je l’aurais reçu la veille si ce n’avait pas été un dimanche.

Amazon est un détestable établissement : ouvert 7 jours sur 7, 24 h sur 24, aux immenses rayons toujours fournis et il livre à domicile dans des délais records.

Oui, je sais, j’aurais pu me montrer patient ou prendre ma voiture pour me rendre à la merveilleuse librairie L’Esperluète à Chartres — 50 km aller et retour, parking payant obligatoire.

Et je n’ai même pas pensé au coin livres de mon Intermarché qui est de plus en plus accueillant, qui reste ouvert à l’heure du déjeuner, ferme après 19 h et sert les dimanches et jours fériés.

Pas gai tout ça ! Et j’ai relu ce passage de Du côté de chez Swann sur ces « neurasthéniques […] pris dans l’engrenage de leurs malaises et de leurs manies, les efforts dans lesquels ils se débattent inutilement pour en sortir ne font qu’assurer le fonctionnement et faire jouer le déclic de leur diététique étrange, inéluctable et funeste. »

Quant au livre de Thierry Laget enfin entre mes mains, il est très bien.

Parole de proustiste…

Patrice Louis


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

6 comments to “La mort des librairies ?”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Bonjour cher Patrice,

    Nous écrirez-vous bientôt un papier sur cet ouvrage ?

  2. Bonjour cher Patrice,

    Nous écrirez-vous bientôt un papier sur ce nouvel ouvrage ?

  3. Oui, j’ai exactement le même problème que vous Patrice. Farouchement contre Amazon, mais… En zone rurale… La dernière librairie (et encore, la « libraire » ignorait le nom de Virginia Woolf et vendait surtout des crayons) a fermé il y a une dizaine d’années. Et l’Armitière de Rouen est… à Rouen.

    Je commande sur Fnac.com. Et le plaisir de recevoir le livre est entaché de la culpabilité d’avoir cédé à la facilité.

  4. Effectivement, c’était peut-être mieux avant, quoi que… Combien de lecteurs dans les campagnes, avant ?
    Et combien de livres édités annuellement, avant ?
    Avant quoi d’ailleurs ?
    Comme vous, je préfère acheter en librairie, mais aussi souvent sur Recyclivre, au profit d’associations, des livres de seconde main, par exemple celles des journalistes qui ont reçu des exemplaires pour recension.
    Et parfois Amazone, avec autant d’états d’âme…

  5. Avant l’explosion, Aurellyen (pseudo aragonais ?) : de la démographie, du nombre de livres édités des commerces informatisés, des esclaves d’Amazon, (bientôt suivie de la disparations des tribus amazoniennes tout court, si l’on en croit les intentions du Brésil…) ; bref, l’explosion du monde néo-libéral, « comme ils disent »…

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.