Proust 1919, l’affaire Goncourt (26)

Le dernier juré, Lucien Descaves

 

10e couvert.

Lucien Descaves naît à Paris en 1861.

Il a 58 ans au moment du Goncourt. Il siège depuis le début. Son vote : Dorgelès.

 

Fils d’un graveur, il est journaliste, romancier naturaliste, auteur dramatique et libertaire.

Apprenti à 17 ans à la banque Lehideux, il est embauché au Crédit Lyonnais.

Soldat au 129e régiment d’infanterie, il publie un recueil de cinq nouvelles empruntant son nom à l’une d’elles, Le Calvaire d’Héloïse Pajadou. Il rencontre en même temps Joris-Karl Hyusmans qu’il considère comme son maître et dont il sera l’exécuteur testamentaire.

Redevenu civil, Descaves se lance dans le journalisme. À 26 ans, il signe un manifeste contre Zola. Il se rend célèbre par un roman antimilitariste, Les Sous-offs, pour lequel il est traduit en cour d’assises pour injures à l’armée et outrages aux bonnes mœurs puis acquitté.

Il est rédacteur au journal L’Aurore au moment de l’affaire Dreyfus et soutient le capitaine juif.

Il tient à partir de 1916 la rubrique littéraire du Journal.

Lucien Descaves fait partie des membres fondateurs de l’Académie Goncourt en 1900.

Il s’y distingue dans le rôle d’éternel mécontent jugeant que l’esprit originel que voulait son ami Edmond de Goncourt n’est pas respecté. Serviette jetée et claquement de portes lors des repas chez Drouant sont sa réponse courante face à l’évincement d’un candidat ou d’un lauréat qu’il juge plus méritant (tels Courteline et Céline). Ainsi, pendant près de vingt ans (1913-1932), il boude les déjeuners de l’Académie et vote par correspondance. Pendant que les autres académiciens prennent leurs repas à l’étage, lui se fait servir au rez-de-chaussée, confiant à un serveur le soin de monter son bulletin de vote au moment voulu.

 

Hostile au choix d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, il commente ainsi le résultat : « M. Proust a le prix, M. Dorgelès l’originalité du talent et la jeunesse. On ne peut pas tout avoir. »

 

Il ne revient chez Drouant que devant l’insistance de… Roland Dorgelès, pour déguster avec les autres jurés des timbales de langouste et un faisan strasbourgeois arrosé de blanc-de-blanc et de champagne.

Lucien Descaves meurt à Paris en 1949.

 

 

*************************************************************************************************

Présidents de l’Académie Goncourt

 

Léon Hennique (1907-1912)
Gustave Geffroy (1912-1926)
J.-H. Rosny aîné (1926-1940)
J.-H. Rosny jeune (1940-1945)
Lucien Descaves (1945-1949)
Colette (1949-1954)
Roland Dorgelès (1954-1973)

Hervé Bazin (1973-1996)
François Nourissier (1996-2002)
Edmonde Charles-Roux (2002- 2013)
Bernard Pivot (depuis 2014)

*************************************************************************************************

 

Prochain épisode mercredi, Jour de vote.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Feuilleton/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.