Proust 1919, l’affaire Goncourt (24)

Les Rosny

J.-H. Rosny, Bruxelles 1899 (Photo Paul Dornac)

 

Rosny aîné

 

4e couvert.

J.-H. Rosny aîné naît à Bruxelles en 1856.

J.-H. Rosny, Bruxelles 1899 (Photo Paul Dornac)

 

Il a 63 ans au moment du Goncourt. Il siège depuis le début. Son vote : Proust.

 

D’abord, les frères Boex, Joseph Henri Honoré et Séraphin Justin François.

Nés à trois ans d’écart à Bruxelles, ils écrivent ensemble pendant plus de vingt ans (1887-1908) nombre de contes et romans, abordant des thèmes naturalistes, préhistoriques et fantastiques — ils sont les pionniers de la science-fiction non encore ainsi nommée —, ainsi que quelques ouvrages de vulgarisation scientifique et des essais historiques. Leur signature : J.H. Rosny (en souvenir d’un séjour de l’aîné à Rosny-sous-Bois !).

Quand ils arrêtent leur collaboration Joseph continue d’écrire sous le nom J.-H Rosny aîné et Séraphin signe J.-H. Rony jeune, mais ce sont bien les deux qu’Edmond de Goncourt, dans son testament, nomme à la Société littéraire des Goncourt.

 

L’aîné, donc. Bruxellois, il suit à Bordeaux des études scientifiques touchant autant aux mathématiques qu’à la physique-chimie et aux sciences naturelles. Après un séjour à Londres où il se marie, le voilà installé à Paris en 1883.

Il publie, seul, son premier roman : Nell Horn de l’armée du Salut (1886). La suite est à deux mains, mais c’est bien le plus âgé le plus créatif, d’ailleurs plus connu que son cadet.

Les Xipéhuz (1887) se passent dans une lointaine préhistoire et voient se rencontrer humains et intelligence non-organique, d’une vie minéralo-électrique dont rien n’indique qu’elle est extra-terrestre. Rosny aîné partage son « œuvre fantastique » entre récits futuristes et récits préhistoriques, comme Vamireh (1892) écrit avec son frère, et surtout La Guerre du feu (1909).

 

Rosny aîné est membre de l’Académie Goncourt depuis le début, en 1900.

Il en est le président de 1926 à sa mort.

 

J.-H. Rosny aîné meurt à Paris en 1940.

 

 

Rosny jeune

 

5e couvert.

Séraphin Justin François Boex naît à Bruxelles en 1859.

Il a 60 ans au moment du Goncourt. Il siège depuis le début. Son vote : Proust.

 

Il adopte un pseudonyme à 28 ans, quand il commence une collaboration de vingt-et-un ans avec son frère aîné, Joseph Henri, partageant la signature J.-H. Rony. Il est lui aussi belgo-français.

L’Affaire Derive (1909) est son premier roman publié sous le nom de J.-H. Rosny jeune.

Ancien instituteur, après des études à Paris, il publie sous le nom Justin Boex un livre de lecture courante pour le cours moyen et supérieur, La Leçon de la Vie (1910).

 

Il est membre de l’Académie Goncourt depuis le début, en 1900.

Succédant à son frère, il en est le président de 1940 à 1945, puis devient président honoraire.

J.-H. Rosny jeune meurt à Ploubazlanec en 1948.

 

Prochain épisode jeudi, Léon Hennique, Émile Bergerat, Gustave Geffroy et Élémir Bourges.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Feuilleton/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.