Proust 1919, l’affaire Goncourt (23)

2e et 3e jurés

Henri Céard

 

2e couvert.

Henry Céard naît à Bercy en 1851.

 

Il a 68 ans au moment du Goncourt. Il siège depuis un an. Son vote : Proust.

Romancier, poète, auteur dramatique, c’est un écrivain naturaliste. Disciple et ami de Zola, il s’en éloigne à cause de l’Affaire où il s’affiche antidreyfusard.

Il est employé au ministère de la Guerre, puis attaché du cabinet du préfet de la Seine, sous-directeur de la bibliothèque de la Ville de Paris à l’hôtel Carnavalet.

Critique littéraire, il collabore à diverses feuilles.

Son roman le plus connu est Une belle journée, publié alors qu’il a 30 ans.

 

Il est membre de l’Académie Goncourt à partir de 1918.

 

Henri Céard meurt à Paris en 1924.

 

 

Jean Ajalbert

 

3e couvert.

Jean Ajalbert naît à Levallois-Perret en 1863.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a 56 ans au moment du Goncourt. Il siège depuis deux ans. Son vote : Dorgelès.

 

Fils d’un négociant en vin auvergnat, il suit des études au lycée Fontanes (futur Condorcet) à Paris, fréquente le Chat Noir, les Hydropathes et les Zutistes.

À 20 ans, il travaille à La Justice, le journal de Clemenceau. Il y publie ses premiers écrits poétiques sous le pseudonyme d’Hugues Marcy. À 23 ans, il entre à La Revue indépendante. À 35 ans, il est l’un des principaux collaborateurs du journal dreyfusard Les Droits de l’homme et l’année suivante du Journal du Peuple. Avocat, il défend les anarchistes.

À la fin du siècle, Ajalbert fréquente les milieux symbolistes et décadents qui influencent ses premiers romans. Il écrit sur son Auvergne natale mais aussi des essais sur l’architecture, la tapisserie, la piraterie, l’aviation, le Laos et l’Indochine, Roland Garros et l’Académie Goncourt.

Devenu conservateur du château de Malmaison avant la guerre, il écrit dans L’Humanité. En 1917, après la mort de son fils unique, il demande à quitter La Malmaison et devient conservateur de la Manufacture nationale de tapisserie de Beauvais.

 

Il est membre de l’Académie Goncourt depuis 1917.

Ajalbert par Félix Valloton

 

Collabo pendant la guerre, Jean Ajalbert meurt à Cahors en 1947.

 

Prochain épisode, les Rosny.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Feuilleton/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.