Proust 1919, l’affaire Goncourt (19)

Revue des troupes adverses

Observons le champ de bataille avant l’affrontement du 10 décembre…

On assure que les esprits penchent encore vers une plume combattante pour le prix Goncourt. Roland Dorgelès passe pour favori, lui qui a été soldat sur le front comme les cinq lauréats précédents — cinq !

Dès sa publication, le livre est accueilli chaleureusement par la critique officielle et par les anciens Poilus. La voie du succès lui est promise. C’est écrit : Proust ne fera pas le poids face à la coalition des anciens combattants qui ne l’ont pas vu dans leurs rangs, de la gauche qui l’a catalogué de droite et des critiques qui, bousculés par un écrivain hors-normes, jouent les incultes.

Qui est ce « on » qui dit que c’était prévu, joué avant l’heure, que Dorgelès allait l’emporter ? Personne spécialement, semble-t-il, mais l’air du temps auquel on attribue ce qu’on veut. D’un ouvrage sur Proust à l’autre, les maîtres ès-Marcel ne font que le rapporter, de reproduire la prédiction mais sans la nourrir.

Ce qui est sûr, c’est que les partisans des Croix de bois sont organisés — des jeunots, mais déjà grognards, des habitués du combat.

En pointe, un groupe de pression. Voici que s’aligne la corporatiste Association des Écrivains Combattants (AEC). Elle donne une suite au Bulletin des écrivains, publication mensuelle dès la fin de l’année 1914 des récits, journaux, nouvelles ou romans écrits par les écrivains mobilisés.

L’AEC voit le jour le 29 juin 1919. Son but : défendre les intérêts des écrivains survivants et la mémoire de ceux tombés au champ d’honneur.

Son initiateur et vice-président José Germain, son président, Henry Malherbe (prix Goncourt 1917) et l’autre vice-président, Jacques Boulenger, rédigent un manifeste. Le texte est publié dès le 2 juillet par Le Matin, à sa « une », sur toute la dernière colonne.

Il témoigne de « l’esprit Bleu Horizon ». Il s’inscrit également dans le contexte du retour des soldats, parfois difficilement vécu. Pour les écrivains mobilisés, la fin de la guerre se traduit par une baisse brutale de l’intérêt du public pour les livres de guerre.

Le ton du manifeste oscille entre revanchisme, paranoïa et victimisation.

« Une nouvelle association est née : celle des écrivains combattants. Ces temps difficiles inspirent et nouent, de tous côtés, les unions corporatives. On ne s’étonnera pas de découvrir la nôtre.

Si étrange que cela paraisse, la guerre nous a, pour toujours, dépouillés de violence. De nombreux écrivains combattants reviennent désorientés, essoufflés, douloureux. Une lutte affreuse de cinq années a marqué ceux-là ineffaçablement. Ils subissent, à présent, les assauts des égoïsmes et de la ruse, sans une réaction rapide et décidée. Ils n’ont pas regagné encore l’énergie, hier si généreusement dispensée.

C’est en nous groupant que nous retrouverons notre ardeur et notre force, intactes.

Il faut qu’on le sache : notre destinée n’est pas accomplie.

Pour prendre notre part de péril et de douleur dans cette guerre, nous avons abandonné nos ambitions, nos biens, nos joies. Nous avons établi que les hommes de pensée sont, souvent, des hommes d’action, que l’intelligence est parente de l’énergie, du courage et de l’abnégation. Nous ne sommes pas restés insensibles aux clameurs de détresse qu’on poussait autour de nous. Les travaux de l’esprit faisaient, au plus grand nombre d’entre nous, une santé fragile et languissante. Nous nous sommes dressés, cependant, aussi impitoyables que les plus robustes.

*

* *

         Certes, nous ne songeons pas à nous vanter de ces actes que les plus humbles ont dû accomplir. Nous ne nous glorifions pas de nos blessures, alors que d’obscurs paysans et des ouvriers furent frappés.

         Mais, après ces années de fatigue, d’angoisses et de tortures, nous voulons reprendre notre place dans la société.

Voici des foyers appauvris ou décimés. Voici que l’oubli où nous avons été, cinq ans, relégués, épaissit ses ténèbres. Qui ne sera remué par la justice poignante de notre cause ?

On nous croit des violents repentis, chancelants. On ne nous craint plus. La campagne menée contre les écrivains et les livres de guerre en témoigne. Elle dévoile les intentions odieuses de ceux qui, en notre absence, ont pris nos places et, par surcroît, insultent à nos ferveurs, veulent nous repousser à la misère et à l’ombre.

Mais, arrachons-nous à ces préoccupations humiliantes. Elevons le débat. Redisons à ceux qui s’obstinent à l’ignorer : cette guerre, malgré son horreur et justement à cause de cette horreur, est l’événement décisif, l’axe frémissant de toute l’histoire humaine. Cette guerre atroce a augmenté la conscience. Elle a illuminé l’âme. Elle a changé la face du monde. Elle nous élève, irrésistiblement, à l’idéal de justice et de vérité que nous attendions. Elle élance la pensée d’avenir et, plus simplement, toute pensée. Et c’est nous combattants qui avons été, sur le front, les créatures suppliciées du nouvel évangile, les thèmes originaires d’une intelligence plus digne, plus généreusement inspirée.

Nous ne voulons pas que nos camarades de lettres qui se sont dévoués à cette tâche tragique et splendide s’égarent dans de nouvelles tempêtes. Nous n’avons perdu que trop des nôtres à la guerre. D’autres nous sont rendus diminués, mutilés. Nous nous unissons pour relever tous nos frères douloureux, dispersés sur les routes du retour et nous nous unissons pour que notre idéal soit enfin prononcé.

*

* *

         Notre fraternité ardente, nouée sur le front, continue. Nous tendons nos bras à tous les écrivains combattants de l’Armée française, quelles que soient leurs opinions littéraires, politiques ou religieuses. Nous formons une association purement professionnelle. Pour nous aider et nous défendre les uns et les autres, nous saurons déployer toute notre force, réconcilier tous nos élans.

Ce qui nous inspirera ? Une générosité toujours en mouvement. Ce qui nous guidera ? L’oubli de soi-même qui oblige à penser plus activement aux autres.

Dans l’atmosphère retrouvée du front, cette atmosphère naturelle à toutes les abnégations, les appels de nos camarades seront enfin entendus.

On nous a appris là-bas qu’avant d’entreprendre des opérations à grande envergure, il en faut exécuter plusieurs à objectifs limités. Nous veillerons donc d’abord à ce qu’ils ne soient plus écartés des postes qu’on leur doit. Ils pourront revivre. Aux yeux de tous, leurs travaux brilleront de l’éclat qu’ils méritent.

Et cette hostilité inavouable, mais agissante, que nous sentons chez nos remplaçants qui n’ont pas combattu, sera brisée par notre bataillon rassemblé.

Qu’on se rassure toutefois. Nous avions donné tout de nous-mêmes : le talent et l’âme. Nous ne pouvons reprendre des offrandes. Le masque du renoncement s’est trop bien collé à notre visage. Toute entreprise généreuse trouvera toujours en nous des soldats. Nous ne nous abaisserons plus à des luttes indignes. Comme nous avons été purs pendant la guerre, nous demeurerons purs pendant la paix. Nous aimons à constater qu’on nous doit quelque chose, alors que nous ne devons rien.

Nous voulons ce pourquoi nous nous sommes battus : le droit. Notre solidarité saura l’obtenir.

A un monde qui semble s’organiser rationnellement, nous nous présenterons étroitement unis, le regard droit, confiant, assuré, les mains serrées, bien serrées. »

On est loin de l’armistice, comme si l’on attendait un nouvel ordre d’une nouvelle mobilisation.

Les adversaires de Proust tiennent là leur profession de foi et vont pouvoir canarder leur proie traitée en imposteur — « les intentions odieuses de ceux qui, en notre absence, ont pris nos places »… L’AEC est-elle de taille pour jouer les groupes de pression ? Spécialiste de la Première guerre mondiale, Nicolas Beaupré, de l’Université Clermont-Auvergne « doute qu’elle ait servi de relais ». » Selon lui, « la campagne menée contre les écrivains et les livres de guerre » « est sans doute plutôt le refus de nombreux éditeurs de publier encore des livres de guerre ».

La gauche représente les autres bataillons ennemis. Leur crédo est simple : Roland Dorgelès est pacifiste, ipso facto de gauche. Ainsi déporté à droite, Marcel Proust se retrouve, nolens volens, de droite. Ce bien-pensant n’est-il pas soutenu par le honni Léon Daudet ? Les journaux engagés le canardent donc.

Prochain épisode mercredi, Défilé des forces alliées.

Parole de proustiste…

Patrice Louis


CATEGORIES : Feuilleton/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Proust 1919, l’affaire Goncourt (19)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. « Elle dévoile les intentions odieuses de ceux qui, en notre absence, ont pris nos places et, par surcroît, insultent à nos ferveurs, veulent nous repousser à la misère et à l’ombre. »

    Ne serait-ce pas plutôt cette phrase gratuitement accusatrice, insidieusement suspicieuse qui est odieuse ?

  2. Cette affaire Goncourt aura donc été une guerre où les opinions étaient tranchées…

    (bon d’accord, je sors).

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et