Proust 1919, l’affaire Goncourt (4)

Ce 10 décembre…

 

Il est de bonne heure et Marcel dort au chaud. Dehors, le jour s’est levé sur Paris attristé par les nuages et le baromètre indique — 3°.

Proust se réveillera bien plus tard, comme à l’accoutumée. Les événements du dehors ne l’incitent pas à se lever, lui qui ne pense qu’à parachever son œuvre.

 

En ce premier jour de la deuxième semaine du douzième mois de l’an 1919, les autres sont sollicités de toutes parts.

Partout, le charbon continue à manquer. Le sucre est toujours rationné à 750 gr par mois. L’éclairage est supprimé dans tous les établissements de plaisir sauf entre 19 h et 23 h.

L’approvisionnement aux Halles de Paris atteint 80 000 kilos à la boucherie, 180 000 à la marée. Les carottes sont à 40 F. les cent bottes.

Georges Clemenceau quitte Paris dans la soirée. Le président du Conseil se rend à Londres pour conférer avec M. Lloyd George des questions diplomatiques en cours.

L’Association des anciens prisonniers de guerre de Haute-Garonne émet le vœu que des nouvelles recherches soient faites en faveur de soldats français encore retenus dans les geôles allemandes.

Le Conseil des ministres de l’après-midi nomme M. Maurice Long gouverneur général de l’Indo-Chine.

 

Le franc chute. Il vaut 0, 55 F. à Londres, 0, 40 à New York et 0, 45 à Genève.

 

Un capitaine australien, Roth Smith, pose son avion à Port Darwin. Parti de Londres le 12 novembre, il est le premier à relier l’Europe à l’Australie par la voie des airs.

 

Les courses hippiques se tiennent à Enghien.

Le cinéma Max Linder donne La Gamine avec Miss Constance Talmadge et Mea Culpa avec Suzanne Grandais.

Dans la revue du Casino de Paris, on applaudit Mistinguett, Chevalier et Dorville.

Au Châtelet, à 20 h, le rideau va s’ouvrir sur la première de Malikoko, roi nègre, pièce à grand spectacle de M. Mouézy-Éon.

Ce mercredi, la piscine du Claridge’s Hôtel des Champs-Élysées est accessible aux non pensionnaires (femmes et enfants dans la matinée, nageurs l’après-midi).

 

Le calendrier républicain célèbre le hoyau et l’on fête, chez les catholiques, Eulalie, vierge et martyre.

 

Ah oui, dix hommes ont rendez-vous dans un restaurant chic sur une place du IIe arrondissement….

 

Prochain épisode dimanche, Naissance d’une récompense.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Feuilleton/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Proust 1919, l’affaire Goncourt (4)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Un récit mosaïque ! Et je présume qu’une fois que chaque petit morceau aura trouvé sa place, en se reculant, ce sera le visage filigrané de Marcel qu’on pourra discerner…

    Vivement la suite.

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.