Odette de Crécy incommodée par la fumée

Odette de Crécy incommodée par la fumée

 

La dame en rose n’est pas habituée à un tel hourvari… Dans sa rue entre la rue de Belloy d’un côté et l’avenue d’Iéna et la rue de Presbourg de l’autre, Odette goûte le calme élégant de son XVIe arrondissement.

 

Rue La Pérouse, elle bénéficie de l’ombre protectrice de l’Arc de Triomphe. Elle en est si fière que Marcel Proust souligne cette proximité dans Du côté de chez Swann.

*Souvent il se trouvait qu’il s’était tant attardé avec la jeune ouvrière avant d’aller chez les Verdurin, qu’une fois la petite phrase jouée par le pianiste, Swann s’apercevait qu’il était bientôt l’heure qu’Odette rentrât. Il la reconduisait jusqu’à la porte de son petit hôtel, rue La Pérouse, derrière l’Arc de Triomphe. I

 

Une autre occurrence apparaît dans La Prisonnière quand la voiture du Héros et d’Albertine s’en approche et que la pleine lune rappelle qu’il se fait tard.

*Puis nous remontâmes dans la voiture. Et elle s’engagea pour le retour dans de petites allées sinueuses où les arbres d’hiver, habillés de lierre et de ronces, comme des ruines, semblaient conduire à la demeure d’un magicien. À peine sortis de leur couvert assombri, nous retrouvâmes, pour sortir du Bois, le plein jour, si clair encore que je croyais avoir le temps de faire tout ce que je voudrais avant le dîner, quand, quelques instants seulement après, au moment où notre voiture approchait de l’Arc de Triomphe, ce fut avec un brusque mouvement de surprise et d’effroi que j’aperçus au-dessus de Paris, la lune pleine et prématurée, comme le cadran d’une horloge arrêtée qui nous fait croire qu’on s’est mis en retard. V

 

Le monument voulu par Napoléon 1er pour honorer les soldats français après Austerlitz — « Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe » — est achevé sous Louis-Philippe. Depuis 1923, une flamme éternelle est ravivée chaque soir pour honorer le soldat inconnu qui repose sous une dalle.

 

Ce 1er décembre 2018, des émeutiers ont profané le lieu sacré. Odette n’aurait sans doute pas aimé, pas plus qu’elle n’aurait apprécié la lourdeur de son ciel assombri par les incendies provoqués par d’autres irresponsables et l’âcre fumée des gaz tirés par les force de l’ordre.

(Photo Le Parisien)

 

Parmi d’autres violences et vandalismes, ces scènes sont aussi affligeantes qu’inquiétantes.

 

Parole de citoyen…

Patrice Louis

 

PS : C’est la fin d’après-midi. Je poste cette chronique mêlant légèreté et angoisse dans l’espoir de ne pas apprendre plus tard que le chaos émeutier a conduit à des conséquences dramatiques.

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et