Les peintres de la famille Proust (1)

Les peintres de la famille Proust (1)

 

Marcel au Musée d’Orsay, à Paris ; Jeanne, sa mère, au Musée de la Faïence, à Nevers ; Adrien, à la Maison de tante Léonie, à Illiers-Combray… Les Proustiennes et la Proustiens connaissent parfaitement ces portraits. Sont-ils pour autant bien informés de leurs auteurs ?

 

Jacques-Émile Blanche (1861-1942)

Portrait de Marcel Proust (1892)

(Don de Suzy Mante-Proust)

 

Fils et petit-fils de médecins aliénistes, Jacques-Émile est un enfant des beaux quartiers. Élevé à Auteuil, comme Marcel, il le précède au lycée Condorcet où Mallarmé lui enseigne l’anglais. Leurs familles se connaissent. Excellent pianiste, il hésite un temps entre la peinture et la musique.

Élève d’Henri Gervex, il fait ses premiers pas dans le milieu mondain sous la protection du comte Robert de Montesquiou. Il fréquente le salon de Geneviève Bizet, devenue ensuite Madame Straus, où il croise Edgar Degas, Georges de Porto-Riche, Paul Bourget et Marcel Proust. Dans les années 1880, Blanche est un portraitiste estimé recherchant une ressemblance méticuleuse.

 

En 1895, Jacques-Émile Blanche épouse sa confidente et amie d’enfance, Rose Lemoinne. Antidreyfusard (d’où une longue brouille avec Proust, leurs retrouvailles ayant lieu en 1913), il est maurrassien après 1918.

 

Le portrait de Proust une huile sur toile, haut de 73, 5 cm et large de 60, 5.

Il est précédé d’un dessin au crayon, le 1er octobre 1891, chez les Baignères, aux Frémonts à Trouville.

 

Paul Baignères, justement, dessine son ami Marcel aux Frémonts, l’année suivante.

Le tableau de Blanche est réalisé l’été 1892, Marcel posant dans l’atelier de Jacques-Émile, à Auteuil. Portrait en pied, il est exposé au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts. Alors chroniqueur mondain, âgé de 21 ans, le futur auteur d’À la recherche du temps perdu est représenté de face. Le costume et le fond noirs se confondent, contrastant avec la clarté du visage et de la cravate de soie blanche, taillée dans une robe de la princesse Mathilde. À la boutonnière, le dandy arbore un gardénia.

Pour une raison inconnue, l’artiste déchire ensuite le bas. Très attaché à ce portrait, seule représentation picturale connue, Marcel Proust ne s’en séparera jamais.

 

Parmi les personnalités peintes par Blanche : son père, Maurice Barrès, Paul Claudel, Jean Cocteau, Colette, Claude Debussy, Gabriel Fauré, André Gide, Yvette Guilbert, la famille Halévy, Thomas Hardy, Maria de Hérédia, Henry James, Francis Jammes, James Joyce, Pierre Louÿs, Maurice Maeterlinck, Stéphane Mallarmé, Marie de Roumanie, François Mauriac, André Maurois, Robert de Montesquiou, Paul Morand, Vaslav Nijinsky, Anna de Noailles, Georges de Porto-Riche, Francis Poulenc, Raymond Radiguet, Auguste Rodin, Marguerite de Saint-Marceaux, Igor Stravinsky…

 

L’artiste s’essaie à d’autres inspirations. Ainsi, la plage de Dieppe, en 1896.

 

Après le fiston, demain, la maman.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Les peintres de la famille Proust (1)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Remember when you found the error? Not Les Frémonts, but home of Dr. Paul Brouardel, a colleague of Dr. Proust’s? Adrien Proust was painted by his wife, Laure Brouardel, in 1891. Now in the Carnavalet Museum. Wonder if we will see it, once the renovations are completed in 2019? See here: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Adrien_Proust_par_Laure_Brouardel.jpg

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et