Le Goncourt de Proust en feuilleton

Le Goncourt de Proust en feuilleton

 

Comment célébrer au mieux le prix qui a installé Marcel Proust dans la gloire ?

 

2019 va être le centenaire du Goncourt attribué à À l’ombre des jeunes filles en fleurs. Tout comme celui, en 2013, de Du côté de chez Swann, il s’annonce riche en hommages.

 

À l’époque pas encore « le fou de Proust », je m’installais à Illiers-Combray. J’y suis encore (« À jamais ? Qui peut le dire ? »), fort désireux d’être de la fête. L’ouvrage de 1913 était lié à Illiers par la grâce de Combray, celui de 1919 était indissociable de Cabourg par la magie de Balbec.

L’Eure-et-Loir n’en a pas moins réussi à être associée aux célébrations — et au plus près, notamment au moment du Printemps Proustien en mai prochain. Bel exploit.

 

D’ici là, ce blogue va vous raconter l’histoire d’un prix qui n’était pas gagné d’avance. « Proust 1919, l’affaire Goncourt » est le titre initial d’un livre proposé à des éditeurs qui ont décliné (je ne vous cache rien).

 

À toute chose malheur est bon. Je vais vous l’offrir, avec des illustrations que je n’aurais pu montrer dans un livre. Il m’est d’ailleurs autrement plus gratifiant de dédaigner le système marchand pour cet écrit (et ce n’est pas une posture de dépit).

 

J’ai donc travaillé sur le prix de Proust à travers les journaux de l’époque en reproduisant largement les articles favorables ou hostiles à l’auteur d’À la Recherche du temps perdu. Ce n’est pas sans charme ni ironie.

 

À partir du 1er janvier 2019, c’est en feuilleton que vous pourrez lire ses quarante épisodes. À raison d’un tous les trois jours, « Proust 1919, l’affaire Goncourt » vous replongera dans un événement qui a marqué la République des Lettres.

 

J’espère que vous y trouverez intérêt et plaisir à le lire, comme je me suis régalé à l’écrire.

 

Je vous entraîne donc pendant quatre mois mais ce blogue poursuit, bien sûr, quotidiennement, le décorticage de la Recherche et, accessoirement, le récit des aventures du proustiste à Illiers-Combray.

Pendant le feuilleton, les chroniques continuent !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

5 comments to “Le Goncourt de Proust en feuilleton”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Je m’en lèche par avance les babines.

  2. Ça c’est du teasing ! Je serai des vôtres, bien entendu, et avec plaisir.

  3. Je brûle d’impatience de lire le feuilleton de l’affaire Goncourt!!

  4. Je me réjouis de découvrir ces chroniques. Autre question qui n’a (presque) rien à voir: j’ai cherché la princesse Sherbatoff dans la liste des 2508 personnages, mais je ne l’ai pas vu apparaître. Où se cache-t-elle?

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et