Quintessence proustienne : la princesse de Léon (2)

Quintessence proustienne : la princesse de Léon (2)

 

La reine du bal du 26 mai 1891, née de la Brousse de Verteillac, devient princesse de Léon en se mariant.

Ses ancêtres forment une maison de la noblesse originaire du Nontronnais dans le Périgord. Elle donne deux gouverneurs à la province au XVIIIe siècle et la famille s’allie aux familles ducales ou princières de Broglie-Revel, Bourbon-Conti, La Rochefoucauld-Doudeauville (enfin, Rohan-Chabot).

 

Charles César Augustin de La Brousse de Verteillac, Polytechnicien, et sa seconde épouse, Marie Henriette de Leuze, voient naître, en 1853, à Paris, Marie-Marguerite-Herminie.

 

(Préparez-vous à croiser une multitude de particules dans votre lecture).

 

Notre chère « Herminie » de la Recherche doit être appelée princesse à partir de ses dix-neuf ans quand elle s’unit devant Dieu et devant les hommes avec Alain de Rohan-Chabot, de neuf ans son aîné, prince de Léon.

 

Alain-Charles-Louis de Rohan-Chabot est officier jusqu’en 1881 et député du Morbihan depuis 1876. Catholique social et légitimiste, il se rallie après la mort du « comte de Chambord », au comte de Paris. À la Chambre, il siège à droite parmi les conservateurs, combat le gouvernement républicain.

 

Seigneurie, puis principauté, le Léon est situé dans le pays qui porte son nom, dans le nord-ouest de la Bretagne, comprenant Landerneau, Landivisiau, Daoulas, Coat-Méal, Penzé et La Roche-Maurice.

Le premier des seigneurs des lieux est le fils du comte Guyomarch IV de Léon et Nobilis, Hervé 1er, à la fin du XIIe siècle. La lignée dure huit générations. Le dernier seigneur de Léon, Hervé VIII, meurt sans héritier en 1363 et le fief revient par mariage à Jean 1er de Rohan, époux de Jeanne de Léon. Un siècle et demi plus tard, les vicomtes de Rohan s’attribuent le titre de princes de Léon. En chemin, au XVIIe, ils se renomment Rohan-Chabot après le mariage de Marguerite de Rohan avec Henri de Chabot, seigneur du Poitou.

 

(Ce n’est que deux ans après le bal de 1891, à la mort de son père que l’heureux élu prend le titre de duc de Rohan, 11e du nom, et que la princesse devient duchesse.

Le couple aura cinq enfants entre 1873 et 1884 : Anne, future comtesse Louis de Talleyrand-Périgord ; Marie, future princesse Lucien Murat puis comtesse Charles de Chambrun ; Josselin, futur 12e duc de Rohan ; Françoise, future duchesse de Caraman, et Jehan.)

 

Future poétesse, la princesse de Léon vit à Paris, presqu’en face de l’église Saint-François-Xavier, dans son hôtel de Verteillac, rebaptisé de Rohan, sis au 35 du boulevard des Invalides, au cœur de ce VIIe arrondissement, proustien faubourg Saint-Germain.

 

La duchesse écrira de sa demeure (sous la signature « Étincelle » : « Quand on a gravi le perron de l’hôtel, et traversé deux salons, où les portraits d’ancêtres vous sourient au passage, on ne peut se défendre d’une impression de solennité en franchissant la porte du grand salon de réception, qui tient toute la largeur de la maison. Les boiseries blanches sculptées avec art, les meubles en vieux Gobelins, la vaste cheminée surmontée d’une royale pendule Louis XVI, le beau portrait historique placé en face, tout a l’air grave et très noble. »

Et encore : « L’hôtel du boulevard des Invalides, plein de luxe et de goût, modernisé par les recherches à la mode et gardant pourtant son grand air d’habitation seigneuriale, offre à Mme de Rohan les plaisirs du monde, les réceptions qu’elle organise avec tant d’art, les conversations qu’elle dirige avec tant de tact, enfin l’étourdissement délicieux de Paris. »

 

La maîtresse de maison connue, le décor planté, place à la fête !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : L’hôtel de Rohan n’existe plus. A-t-il été détruit après la mort de la duchesse en 1926 ? Un immeuble moderne lui succède.

 

Il abrite jusqu’en 1994 le siège social des Laboratoires pharmaceutiques Roussel-Uclaf avant de devenir le Conseil régional d’Île-de-France, qui déménage cette année.

(Photo PL)

 

Je vous aurais volontiers proposé une photo du jardin, mai les services de la présidente Pécresse m’en ont refusé l’accès.

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Quintessence proustienne : la princesse de Léon (2)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Bonjour, comme je le disais, j’avais « 1 piste ». Mais j’aurais naturellement été incapable de développer comme vous l’avez fait. Vraiment incapable. Bravo et merci

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et