Rater le mammouth !

Rater le mammouth !

 

Une grosse bête comme ça ne passe pourtant pas inaperçue… Et pourtant, je l’avais oubliée. Je n’ai même pas pour excuse sa disparition de la surface de la Terre il y a plus de dix mille ans.

Le mammouth est un mammifère proboscidien, genre éteint d’éléphants.

 

Il a toute sa place dans le bestiaire de Proust et je viens de l’y réintroduire. Il y a en effet deux occurrences de « mammouth » dans À la recherche du temps perdu qui m’avaient échappées.

 

*[Des invitées de Mme de Villeparisis] L’inconduite de ces dames solennelles qui se tenaient assises toutes droites prenait, dans la bouche de ceux qui en parlaient, quelque chose que je ne pouvais imaginer, proportionné à la grandeur des époques antéhistoriques, à l’âge du mammouth. Bref ces trois Parques à cheveux blancs, bleus ou roses, avaient filé le mauvais coton d’un nombre incalculable de messieurs. III

*La seule chose un peu triste dans cette chambre d’Eulalie était qu’on y entendait le soir, à cause de la proximité du viaduc, les hululements des trains. Mais comme je savais que ces beuglements émanaient de machines réglées, ils ne m’épouvantaient pas comme auraient pu faire à une époque de la préhistoire, les cris poussés par un mammouth voisin dans sa promenade libre et désordonnée. VII

 

Sauf autre oubli, le bestiaire proustien abrite donc cent soixante-et-onze animaux.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et