Rater le mammouth !

Rater le mammouth !

 

Une grosse bête comme ça ne passe pourtant pas inaperçue… Et pourtant, je l’avais oubliée. Je n’ai même pas pour excuse sa disparition de la surface de la Terre il y a plus de dix mille ans.

Le mammouth est un mammifère proboscidien, genre éteint d’éléphants.

 

Il a toute sa place dans le bestiaire de Proust et je viens de l’y réintroduire. Il y a en effet deux occurrences de « mammouth » dans À la recherche du temps perdu qui m’avaient échappées.

 

*[Des invitées de Mme de Villeparisis] L’inconduite de ces dames solennelles qui se tenaient assises toutes droites prenait, dans la bouche de ceux qui en parlaient, quelque chose que je ne pouvais imaginer, proportionné à la grandeur des époques antéhistoriques, à l’âge du mammouth. Bref ces trois Parques à cheveux blancs, bleus ou roses, avaient filé le mauvais coton d’un nombre incalculable de messieurs. III

*La seule chose un peu triste dans cette chambre d’Eulalie était qu’on y entendait le soir, à cause de la proximité du viaduc, les hululements des trains. Mais comme je savais que ces beuglements émanaient de machines réglées, ils ne m’épouvantaient pas comme auraient pu faire à une époque de la préhistoire, les cris poussés par un mammouth voisin dans sa promenade libre et désordonnée. VII

 

Sauf autre oubli, le bestiaire proustien abrite donc cent soixante-et-onze animaux.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et