Proust au cinéma : Dernier domicile connu

Proust au cinéma : Dernier domicile connu

 

Dernier domicile connu est un film de José Giovanni (1970). Il est tiré de The Last Known Address, roman policier de l’écrivain américain Joseph Harrington (Série noire, 1966). Arte l’a diffusé la semaine dernière.

 

L’histoire se passe à Paris. Victime d’une injustice, le brillant inspecteur principal Marceau Léonetti (Lino Ventura) est muté dans le commissariat du XVIIIe arr. Il est chargé de retrouver un témoin à charge volatilisé depuis cinq ans alors que va s’ouvrir le procès d’un gros bonnet de la pègre. Ses supérieurs lui font croire qu’il s’agit d’une tâche de peu d’importance mais, en réalité, ils comptent sur ses qualités exceptionnelles pour réussir là où tous ses collègues ont échoué.

Il se voit adjoindre une auxiliaire, Jeanne Dumas (Marlène Jobert), une idéaliste arrivée de Lyon.

Leur seule piste : le dernier domicile connu du disparu —occasion au passage de sillonner le Paris populaire.

 

Deux scènes amènent l’auteur d’À la recherche du temps perdu dans les dialogues (échanges rapportés de mémoire).

La première est devant Le Périscope, une tour du XIIIe arr., quartier de la place d’Italie où Jeanne habite et où Marceau l’a raccompagnée. Elle tient deux livres à la main :

 

— Je vais me coucher avec Proust.

— Vous n’allez pas veiller tard.

— Oh, mais j’ai déjà lu Proust.

 

Plus tard, les deux collègues se retrouvent dans l’appartement de Marceau, au 5 avenue des Ternes, XVIIe arr., immeuble bourgeois, quartier de l’Etoile.

 

Jeanne, arrivée la première, raconte qu’elle a eu le temps de jeter un œil et a elle a vu une Légion d’honneur que le policier ne porte pas.

_ Et puis j’ai vu un livre de Proust — tout neuf.

Cette phrase n’est évidemment pas anodine en montrant que le taciturne et sans doute peu intellectuel inspecteur a été sensible aux lectures de sa jeune collègue. Intrigué, il a donc acheté un volume de la Recherche.

 

Discret et délicat.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 

Dernier domicile connu est un film de José Giovanni (1970). Il est tiré de The Last Known Address, roman policier de l’écrivain américain Joseph Harrington (Série noire, 1966). Arte l’a diffusé la semaine dernière.

Xxx

 

L’histoire se passe à Paris. Victime d’une injustice, le brillant inspecteur principal Marceau Léonetti (Lino Ventura) est muté dans le commissariat du XVIIIe arr. Il est chargé de retrouver un témoin à charge volatilisé depuis cinq ans alors que va s’ouvrir le procès d’un gros bonnet de la pègre. Ses supérieurs lui font croire qu’il s’agit d’une tâche de peu d’importance mais, en réalité, ils comptent sur ses qualités exceptionnelles pour réussir là où tous ses collègues ont échoué.

Il se voit adjoindre une auxiliaire, Jeanne Dumas (Marlène Jobert), une idéaliste arrivée de Lyon.

Leur seule piste : le dernier domicile connu du disparu —occasion au passage de sillonner le Paris populaire.

 

Deux scènes amènent l’auteur d’À la recherche du temps perdu dans les dialogues (échanges rapportés de mémoire).

La première est devant Le Périscope, une tour du XIIIe arr., quartier de la place d’Italie où Jeanne habite et où Marceau l’a raccompagnée. Elle tient deux livres à la main :

  • Je vais me coucher avec Proust.
  • Vous n’allez pas veiller tard.
  • Oh, mais j’ai déjà lu Proust.

 

Plus tard, les deux collègues se retrouvent dans l’appartement de Marceau, au 5 avenue des Ternes, XVIIe arr., immeuble bourgeois, quartier de l’Etoile.

Xxx

 

Jeanne, arrivée la première, raconte qu’elle a eu le temps de jeter un œil et a elle a vu une Légion d’honneur que le policier ne porte pas.

  • Et puis j’ai vu un livre de Proust — tout neuf.

Cette phrase n’est évidemment pas anodine en montrant que le taciturne et sans doute peu intellectuel inspecteur a été sensible aux lectures de sa jeune collègue. Intrigué, il a donc acheté un volume de la Recherche.

 

Discret et délicat.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Proust au cinéma : Dernier domicile connu”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Le volume qui apparaît dans ce film, sur la table du café, fait partie de la collection « le livre de poche », illustrée par Pierre Faucheux.

    (Pierre Faucheux, graphiste et typographe, (1928-1999) devient en 1946 le premier directeur artistique du Club Français du livre puis rejoint en 1954 l’équipe naissante du Club des libraires de France.
    Enfin en 1963, il reprend la direction graphique du Livre de Poche qu’il marquera par de très nombreuses couvertures devenues célèbres. Pierre Faucheux aura travaillé pour la quasi totalité des éditeurs français et aura marqué durablement de son empreinte le monde des livres et du graphisme.)

    « Quand j’ai fait la série complète de Proust en 1962, ses manuscrits venaient d’être déposés à la Bibliothèque nationale. Après les demandes d’autorisation d’usage, j’ai choisi des pages autographes pour caractériser chacun des sept volumes. J’avais sélectionné une série de portraits photographiques que nous avons collés sur des cartons de différentes couleurs. Nous nous sommes rendus à la BN pour les prises de vue. Nous avons photographié les manuscrits après avoir posé les photos dessus. Cela créait l’impression que l’auteur les y avait laissés par hasard. J’ai alors eu l’idée de faire du cartouche une fausse couverture Gallimard.»

    «Nous pourrions les reprendre les uns après les autres, chaque volume a son histoire. Lorsque j’ai débuté dans cette production, il était précisé sur chaque ouvrage, «Le Livre de poche paraît toutes les semaines», nous avions de quoi nous occuper…»

  2. En fait Jeanne Dumas à deux livres de Proust . Au café le moins épais à une tranche couleur rouge clair , alors que devant le Périscope il a la tranche couleur jaune . A moins d’une imprécision des couleurs au tournage , ce n’est pas le même livre !

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et