Codicile chapelier : plumes et plumets

Codicile chapelier : plumes et plumets

 

Dans les différentes chroniques sur les chapeaux, nous avons croisé deux accessoires, la plume et le plumet.

Les oiseaux sacrifient plus d’une fois leur plumage pour rendre femmes et hommes élégants. Quant au plumet, c’est un petit bouquet de plumes.

 

Mme Cottard a un plumet à son chapeau pour faire sa tournée de visites ; l’ institutrice de Gilberte exhibe un plumet bleu que le jeune Héros aimerait voir sur la tête de Françoise ; des plumes de perdrix dépassent le béret de Mme Swann ; un jeune gandin entre au Grand-Hôtel la plume au chapeau ; une plume démodée et prétentieuse surmonte le feutre gris de Mlle de Stermaria ; Elstir admire les modistes qui mettent des plumes aux chapeaux ; à l’Opéra des plumes descendent du front de la princesse de Guermantes ; la duchesse de Guermantes peut arborer une plume bleue, comme une plume d’autruche teinte de pourpre dans les cheveux ; le chapeau de la grand’mère a une plume ; une allusion est faite au feutre à plume de l’ancien régime ; la princesse xx a des plumes à son chapeau ; une plume de faisan orne le chapeau du marquis de Montpeyroux ; Charlus voit bien une petite plume rose sur un toquet de la même couleur.

 

De tous les plumets, le plus original est celui fiché dans les cheveux de Mme de Cambremer. Ce n’est pas à son avantage :

*Comme dans la pièce que l’on était en train de représenter, pour comprendre ce que la Berma dégageait de poésie personnelle, on n’avait qu’à confier le rôle qu’elle jouait, et qu’elle seule pouvait jouer, à n’importe quelle autre actrice, le spectateur qui eût levé les yeux vers le balcon eût vu, dans deux loges, un «arrangement» qu’elle croyait rappeler celui de la princesse de Guermantes, donner simplement à la baronne de Morienval l’air excentrique, prétentieux et mal élevé, et un effort à la fois patient et coûteux pour imiter les toilettes et le chic de la duchesse de Guermantes, faire seulement ressembler Mme de Cambremer à quelque pensionnaire provinciale, montée sur fil de fer, droite, sèche et pointue, un plumet de corbillard verticalement dressé dans les cheveux. III

 

Assassine ironie de Proust !

 

Le placard à chapeau est refermé.

Comprendre les coups de chapeau

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et