Bientôt le printemps

Bientôt le printemps

 

Le 21 mars approche et c’est tout doucement que les plantes s’éveillent.

 

Il est soixante-quatre occurrences de la saison dans À la recherche du temps perdu et la plus mignonne, dans Du côté de chez Swann, sort de la bouche du jeune Héros après avoir pleuré dans le petit raidillon devant ses fleurs chéries : *je leur promettais, quand je serais grand, de ne pas imiter la vie insensée des autres hommes et, même à Paris, les jours de printemps, au lieu d’aller faire des visites et écouter des niaiseries, de partir dans la campagne voir les premières aubépines. I

 

Devenu grand, que dis-je ?, âgé, j’ai choisi, insensé, de renoncer à Paris pour Illiers-Combray. Lors de ma promenade matinale, hier, j’ai constaté, admiratif, du côté de la Védière, que les aubépiniers commençaient à bourgeonner. Attention, c’est à peine visible à l’œil nu.

 

Rentré chez moi, je me suis réjoui que, dans leur pot, des narcisses avaient pris un peu d’avance.

(Photos PL)

 

Dans la Recherche, il n’y a de narcisses qu’au Ponte-Vechio !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

PS : Après publication, mon frère Olivier me signale que mes narcisses sont des jonquilles ! Chez Proust, cette fleur (deux occurrences) ne se trouve aussi qu’au Ponte-Vecchio.

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

3 comments to “Bientôt le printemps”

You can leave a reply or Trackback this post.
    • patricelouis says: -#2

      J’étais sûr que tu allais attirer l’attention sur ma ma connaissance crasse des fleurs ! (C’est désormais signalé dans la chronique).

  1. Cher Patrice, il serait sage ne pas se réjouir trop fort de l’avance du printemps… Signe de dérèglements fort inquiétants, bien plus inquiétants que ceux d’un Rimbaud qui cherchait « le dérèglement systématique de tous les sens », parce que ceux-là sont les plus brutaux, les plus systématiques et les plus artificiels que notre planète ait jamais connus – et que personne ne sait, en vrai, comment elle va réagir…

    (quant à votre erreur, elle n’en est pas vraiment une : la jonquille fait partie des narcisses, elle en est le pendant « commun », et la différence tient à la taille des corolles…)

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et